Bibliographie – Biennale de São Paulo – études critiques

par Aurore Buffetault


1. Études critiques de la Biennale de São Paulo : principaux enjeux soulevés

Nécessité de replacer la Biennale dans l’ensemble de son tissu culturel : dès les années 1950, les événements et les institutions se multiplient. Notions de compétition et d’interaction centrales afin de cerner tous les enjeux. La Biennale va donner le ton pour la constitution de collections (comme celle du MAM-SP), impulser une dynamique ou, à l’inverse, certains événements ou certaines institutions vont être créés comme symboles de résistance. Ce qui nous amène à nous poser les questions suivantes : que provoque une Biennale au sein d’un tissu culturel local plus vaste ? Quels sont ses impacts ?

Débat autour des années 1970 : jugée « fragiles », « inintéressantes » du point de vue de la critique internationale. Pour Isobel Whitelegg (2009), une « décennie oubliée » qui a été pourtant d’une grande importance sur le contexte local : le débat autour de la participation ou non à la Biennale dans un contexte dictatorial a structuré l’élaboration de l’art brésilien de cette période. Nécessité de décentrer les discours, les points de vue : ne pas se référer uniquement à la critique internationale.

Biennale et batailles idéologiques artistiques, culturelles, politiques dans le contexte de la Guerre Froide :

  • Biennale conçue comme projet « panaméricaniste » (accords entre le MAM-SP, le MoMA et Nelson Rockfeller).
  • Figuration (marxistes, nationalistes, souvent anti-américanistes) versus abstraction (elle-même divisée entre partisans de l’Action Painting et École de Paris), « provincialisme sectaire » versus « républicanisme civil international ». Questions idéologiques fortes traversent cette institution : qu’est-ce que la « visão da Brasilidade » ? Internationalisation des langages : adhésion ou résistance ?
  • Prix et diplomatie : exemple de « la question « César » (cf MAGALHÃES, 2012).
  • Biennale et la notion de « latino-américanité » : exemple de la Bienal Latino-Americana de São Paulo (1978) et tentative de transformer définitivement la Bienal Internacional de São Paulo en Bienal Latino-Americana en 1980 : « échec » (cf AMARAL, 2002).

Qu’est-ce qu’une Biennale ? L’exemple de la Biennale de São Paulo (cf WHITELEGG, 2013)

  • Un événement inscrit localement à dimension nationale : de 1951 à 1961, elle est dénommée Bienal do Museu de Arte Moderna de São Paulo et repose sur le principe de représentations nationales.
  • Un événement inscrit localement mais à dimension internationale : à partir de 1961, elle devient Bienal Internacional de São Paulo, se met en place système des conseillers en 1963 (jusqu’en 1977), et devient thématique en 1973.
  • Un événement inscrit localement mais à dimension globale : dès 1981, la Biennale est organisée selon les langages artistiques communs, ce qui correspond à l’ « ère des Commissaires ».
  • On retrouve ainsi les mêmes questionnements, les mêmes fluctuations et les mêmes évolutions lorsque l’on étudie la Biennale de Paris.

Importance de l’archive, de la mémoire : rétrospection pour la prospection (SALA, 2002).

  • Arquivo de Arte da Fundação Bienal de São Paulo : créé en 1954 (// célébration du IV centenaire de la fondation de São Paulo), par le Secrétaire de la Biennale du Museu de Arte Moderna de São Paulo, Wanda Svevo, d’abord sous le nom de « Arquivos Históricos de Arte Contemporânea », puis en 62 deviennent « Arquivos Históricos Wanda Svevo ». Plus grand centre d’archives sur l’art moderne et contemporain d’Amérique latine. Écrits théoriques et critiques nombreux prenant pour objet la Biennale de São Paulo.

Question de l’indépendance de la Biennale vis-à-vis de ces mécènes plus largement des élites culturelles est au cœur des débats : compatibilités ? Questionnement de plus en plus actuel mais qui se pose dès le début de la Biennale (vis-à-vis de financements nord-américains notamment et des élites industrielles d’origine européenne à l’origine des grandes institutions brésiliennes) (cf ESCOREL, 2002 / WARSZA, 2017).

Question de l’architecture, du design et des arts visuels : inclus puis indépendant (architecture) et carence (design) (ESCOREL, 2002).

Insistance sur le rôle éducatif de la Biennale :

  • « Vecteur d’insertion de l’ « art moderne » dans la vie artistique et sociale du pays »: un enjeu qui ne semble pas se retrouver dans la Biennale de Paris, du moins si rôle éducatif il y a, ne s’expose pas en ces termes. Paradoxalement, ce rôle éducatif réinstaure une hégémonie, une hiérarchie. Existe-t-il de réelles différences entre une Biennale organisée « dans un pays du Sud » et une Biennale organisée « dans un pays du Nord » ?
  • Création du « Núcleo Educação » (« Noyau Éducation ») dirigé par Evelyn Berg Ioschpe pour la XXIV édition, 1998.

La Biennale aujourd’hui et et les risques de la globalisation : redondante, « figée dans le temps » depuis les années 1970 (Amaral), nécessité de trouver de nouveaux modèles, de revenir vers les jeunes artistes et l’expérimentation / en retard sur les divers médias (KLINTOWITZ, 1981) / « espaces orientés, stériles et domestiqués au service de l’establishment, du consensus bien-pensant et des intérêts personnels » (BONOMI, 2002) / menace de la marchandisation et fétichisation (FABRINI, 2002).

Synthèse par Paulo Herkenhoff (2002) des divers rôles de la Biennale :

production d’un panorama de l’art mondial ; diffusion de l’art brésilien ; présentation de l’art étranger/international au public brésilien ; former l’œil des jeunes artistes brésiliens ; diplomatie culturelle ; représentation symbolique de la ville de São Paulo et du mécénat de ses entreprises ; fonction muséologique ; connecter les critiques et les commissaires à l’échelle internationale ; trait d’union culturel de l’Amérique latine ; génératrice de nouveautés ; productrice de réflexion et de mémoire, création éditoriale ; engagement éducatif.


2. BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE ET THÉORIQUE – présentation thématique

À noter : l’ensemble des publications de Biennale de São Paulo (catalogues, guides, matériel éducatif, listes d’œuvres…) est disponible en ligne (http://www.bienal.org.br/publicacoes.php).

I. Bibliographie de référence

ALAMBERT, Francisco, CANHÊTE Polyanna, As Bienais de São Paulo: Da era do Museu a Era dos Curadores (1951-2001), São Paulo: Boitempo Editorial, 2004.

AMARANTE, Leonor, As Bienais de São Paulo, 1951 a 1987, São Paulo: Projeto, 1989. Bibliothèque national de France (BnF) – Tolbiac : Rez-de-jardin – Magasin (4-V-53610)

COSTA, Francisco (Ed.), « Cinquenta anos de Bienal Internacional de São Paulo », Revista USP [en ligne], n°52, 2002. https://www.revistas.usp.br/revusp/issue/view/1904/showToc

FARIAS, Agnaldo (Eds.), 50 anos Bienal de São Paulo: 1951 – 2001: Homenagem a Francisco Matarazzo Sobrinho, São Paulo: Fundação Bienal de São Paulo, 2001. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 0 – Libre accès (N9930.S2 BISA 2001) / Bibliothèque Kandinsky (BK) : Magasin (IN-4 21135) / BnF – Tolbiac : Haut-de-jardin – Littérature et Art – Salle F  (Art 707.49 SAO 1951-2001)

WHITELEGG, Isobel, « The Bienal Internacional de São Paulo: a concise history, 1951-2014 », Perspective. Actualité en histoire de l’art, 2/2013, Le Brésil [En ligne], 2013, 380-386 p. http://perspective.revues.org/3902

II. Études de cas

« 24th São Paulo Biennial, 1998 », in Biennials and Beyond – Exhibitions that made Art History: 1962-2002, vol.2, Altshuler Bruce (Ed.), London, New York: Phaidon, 2013. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 0 – Libre accès (N9295 EXHI 2008- (2))

LAGNADO, Lisette et al., Cultural Anthropophagy: The 24th Bienal de São Paulo 1998, London: Afterall Books in association with The Center for Curatorial Studies, vol.6, Coll. Exhbition Histories, Bard College, 2015. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 0 – Libre accès (NN9930.S2 BISA 1998)

WHITELEGG, Isobel, « The Bienal de São Paulo: Unseen/Undone (1969-1981) », Afterall [Online], Vol. 22, Autumn/Winter 2009. https://www.afterall.org/journal/issue.22/the.bienal.de.so.paulo.unseenundone.19691981#share

III. La Biennale de São Paulo et la « latino-américanité »

OLIVEIRA, Rita Alves, « Bienal de São Paulo: impacto na cultura brasileira », São Paulo em Perspectiva, 15/3, July/September, 2011, 18-28 p. http://www.scielo.br/pdf/spp/v15n3/a04v15n3

WHITELEGG, Isobel, « The São Paulo Biennial Complex », in The Art Museum in Latin America, Ed. Michele Greet & Gina Tarver, Routledge, 2017.

WHITELEGG, Isobel, « São Paulo & Other Models: the Biennale in Latin America, 1951-1991 », in Modern and Contemporary Latin American & Latino Art, Ed. Alejandro Anreus, Robin Adele Greeley, Megan Sullivan, Oxford: Blackwell Companions to Art History, 2017.

WHITELEGG, Isobel, « Brazil, Latin America: The World. The Bienal de São Paulo as a Latin American Question », Third Text [Online], Vol. 26, Iss. 1: « Bursting on the Scene »: Looking back at Brazilian Art, 2012.

IV. De la « modernité » à l’art contemporain

ASHBURY, Michael, « The Bienal de São Paulo: Between Nationalism and Internationalism », in Espaço Aberto/Espaço Fechado: Sites for Sculpture in Modern Brazil, Ed. Penelope Curtis and Stephan Feeke, Exh. Cat, Leeds, UK: Henry Moore Institute, 2006. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 1 – Libre accès (NB355 ESPA 2006)

BRETT, Guy, « Venice, Paris, Kassel, São Paulo and Habana » , Third Text 6, n°20, Autumn 1992, 13-22 p.

KLINTOWITZ, Jacob, 30 segundos de televisão valem mais do que 2 meses de Bienal da São Paulo. Isto é bom ou é ruim?, São Paulo: Summus, 1981.

MAGALHÃES, Ana Gonçalves, « A Bienal de São Paulo, o debate artístico dos anos 1950 e a constituição do primeiro museu de arte moderne do Brasil » [en ligne], Museologia & interdisciplinaridade, Vol.1, n°7, out/nov. 2015.

MAZZUCCHELLI Kiki, « The São Paulo Biennial and the Rise of Contemporary Brasilian Art », in Contemporary Art Brazil, Eds. Hossein Amirsadegui and Catherine Petitgas, Londres: Transglobe/ Thames & Hudson, 2012. BK : Magasin (IN-4 28019)

NELSON, Adele, « Monumental and Ephemeral: the early São Paulo Bienais », in Constructive Spirit: Abstract Art in South and North America, 1920s-50s, Ed. Mary Kate O’Hare, (exh. cat., Newark, Newark Museum/Fort Worth, Amon Carter Museum, 2010), Newark/San Francisco, 2010. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 1 – Libre accès (NX456.5.A2 CONS 2010)

SPRICIGO, Vinicius, Modes of representation of the São Paulo: the passage from artistic internationalism to cultural globalisation/Modos de representação da Bienal de São Paulo: a passagem do internacionalismo artístico à globalização cultural, São Paulo: Hedra, Coleção Fórum Permanente, 03, 2011. Texte en anglais avec traduction portugaise en regard. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 0 – Libre accès (N9930.S2 BISA 2011)

WARSZA, Joanna, I can’t work like this: A reader on recent boycotts and contemporary art, Berlin, Salzurg: Sternberg Press, Salzburg International Summer, 2017. Bibliothèque de l’INHA : Salle Labrouste – Niveau 0 – Libre accès (N72.A77 ICAN 2017)

V. La Biennale de São Paulo et les représentations nationales 

GROOS, Ulrike, German Art in São Paulo: German Art at the Biennial 1951-2012, Ostfildern: Hajte Cantz, 2013. Bibliothèque de l’INHA : Sous-sol 1 – Bloc 3 (4 MON 46641)

LANOË, Élise, « Arts plastiques et rivalités internationales : les contributions allemandes et françaises aux Biennales de São Paulo, de la fin des années 1950 au début des années 1970 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011 http://journals.openedition.org/cal/316

MAGALHÃES, Ana Gonçalves, « La Participation française à la IXe Biennale de São Paulo (1967) et la Question « César » », Critique d’art [En ligne], 39|Printemps 2012. http://journals.openedition.org/critiquedart/2651

MERKLINGER, Martina, Die Biennale São Paulo : Kulturaustausch zwischen Brasilien und der jungen Bundesrepublik Deutschland (1949-1954), Biefeld: Transcript, 2013. Bibliothèque de l’INHA : Magasin central – Niveau 0 – Libre accès (N9930.S2 BISA 2013)

VI. Travaux universitaires

HERBST, Hélio, Pelos salões das bienais, a arquitectura ausente dos manuais: contribuição para a histografia brasileira (1951-1959) [Dans les salons des biennales, l’architecture absente des manuels : contribution pour une historiographie brésilienne (1951-1959], Thèse de Doctorat en architecture, Faculdade de Arquitectura e Urbanismo, São Paulo, 2007. Texte sur CD-ROM publié par São Paulo, FAPESP, Anna Blume, 2011.

MEIRA, Silva Miranda, L’art moderne au Brésil dans les années 50 et 60, thèse de doctorat en Histoire de l’art, sous la direction de Serge Lemoine, Université Paris-Sorbonne, 1993.

NELSON, Adele, The Monumental and the ephemeral : the São Paulo Bienal and the emergence of abstraction in Brazil, 1946-1954, PhD. Thesis, Tyler School of Art, 2012.

SILVA, Joseane Lucia, L’évolution de la Biennale internationale de São Paulo (1951-2004) vue au travers de la présence française, thèse de doctorat en Histoire de l’art, sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux Montaigne, 2011.


3. BIBLIOGRAPHIE COMMENTÉE sur la Biennale de São Paulo

Classée par ordre alphabétique.

Absence de commentaires : ouvrages, articles, mémoires ou thèses pas encore consultés ou que l’on ne peut pas consulter / propos déjà soulevés – de façon plus approfondie – dans d’autres écrits.

Indications de cotes :
INHA – bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections en libre-accès (http://bibliotheque.inha.fr)

BK – Bibliothèque Kandinsky du Centre Georges-Pompidou (http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr)

BnF – Bibliothèque nationale de France (http://catalogue.bnf.fr/index.do)

 

« 24th São Paulo Biennial, 1998 », in Biennials and Beyond – Exhibitions that made Art History: 1962-2002, vol.2, Altshuler Bruce (Ed.), London, New York, Phaidon, 2013.

INHA N9295 EXHI 2008- (2)

Numéro spécial de la Revista USP : « Cinquenta anos de Bienal Internacional de São Paulo », Revista USP [en ligne], n°52, 2002 https://www.revistas.usp.br/revusp/issue/view/1904/showToc

  • KNOLL, Victor, « Bienal de São Paulo: 50 anos » (« La Biennale de São Paulo : 50 ans »), p. 6-9.

Souvent controversée mais toujours attendue, « thermomètre artistique », « événement-régulateur de la production artistique internationale », vecteur d’insertion de l’« art moderne » dans la vie sociale du pays = rôle éducatif incontestable du moins au cours de ses premières éditions, analyse historique afin de jeter les bases de son futur.

  • PIGNATARI, Décio, « Bienal : a conquista de visualidade brasileira » (« Biennale : à la conquête d’une vision brésilienne »), p. 10-15.

Retour sur le contexte économique, social et culturel du São Paulo de la première moitié des années 1950 : conjonction de facteurs (élites industrielles cultivées d’origine européenne qui fondent les grandes institutions culturelles paulistas (de São Paulo), constitution d’un groupe de critiques solide dans la foulée) qui débouchent sur la création de la Biennale en 1951. Terreau fertile. « Républicanisme civil » et international des élites paulistas. Creuset multiculturel // période de l’esclavage, impérialisme puis guerres mondiales. Importance de la Semana de Arte Moderna (1922) qui fait entrer São Paulo et plus largement le Brésil dans la modernité artistique.

  • AMARAL, Aracy, « Bienais ou da impossibilidade de reter o tempo » (« Les Biennales ou de l’impossibilité de retenir le temps »), p. 16-25.

Critique à l’encontre de l’exposition commémorative « Bienal 50 anos/Um Homenagem a Ciccillo Matarazzo » : n’a d’hommage que le titre, « mélancolique », « Ciccillo méritait un hommage davantage réflexif, sur son rôle en tant que mécène, malgré son autoritarisme […] » et plus largement du couple Yolanda Panteado-Cicillo Matarazzo. »

Révolution artistique et culturelle impulsée par la Biennale : permit aux brésiliens de voir, au Brésil, ce qui se passait au sein de la scène artistique mondiale, et surtout ce qui s’était vu réapparaissait comme un effet de boucle dans les créations des artistiques brésiliens et latino-américains lors de l’édition suivante. Nombreux débats : défiguration de l’art national ou élément dynamisant ? Postures variaient souvent selon sa sensibilité politique dans le contexte particulier de la Guerre Froide.

Selon Amaral, ce qui est vrai c’est que la Biennale n’a jamais réellement intéressé, peut-être à part dans ces dernières années, les critiques, les commissaires et les artistes étrangers. Nuance : ce constat s’applique partout, pas uniquement à São Paulo. « Il n’existe pas d’esthétique universelle. Si l’on ne possède pas un répertoire, il est impossible de décoder ce que l’on voit dans d’autres pays. […] Le dialogue n’existe pas. »

50-60 : Biennale comme vitrine de l’art mondial

70 : « années pauvres » de la Biennale // dictatures

78 : I Bienal de Arte Latino-Americana (commissaire Juan Acha)

80 : Amaral est nommée commissaire pour la Biennale de 81 et se pose la question de la transformer en événement latino-américain, réunit un comité de critiques et historiens d’Amérique latine : les grands noms souhaitent maintenir une Biennale internationale et suite à de nombreuses polémiques, elle renonce à son poste.

Biennale aujourd’hui ? Phénomène de globalisation. Temps comme figé depuis les années 1970 : aucune nouveauté, réappropriations, « classiques » de la contemporanéité malgré la richesse du continent, délitement voire divorce de la relation critique-artiste, « super-productions ».

  • BONOMI, Maria, « Bienal sempre » (« La Biennale, toujours »), p. 26-37.

Témoignage d’une artiste (aussi docteure en poétiques visuelles et coordinatrice en communication de l’universidade de SP) sociale.

Retour sur ces grands mécènes industriels d’origine européenne : Tullio et Marcella Ascarelli, Aldo et Ebs Magnelli, les Bardi, Ema Kablin, et bien sûr Ciccillo Matarazzo.

Biennale polémique et pour le mieux, démocratique : « elle abritait la proposition, la critique et l’auto-critique. Des concepts qui se sont perdus au fil du temps. »

1977 : création au moment de la XIV Biennale de SP du Conselho de Arte y Cultura au sein duquel ? les artistes assumaient un pouvoir délibératif, aux côtés, notamment, de critiques : définition de trois grands chapitres :

  • « Propostas Contemporâneas / Propositions contemporaines » (remise de prix, sept axes : « Arqueologia Urbana / Archéologie Urbaine », « Recuperação da Paisagem / Récupération du Paysage », « Arte Catastrófica / Art catastrophique », « Videoarte / Art vidéo », « Poesia Espacial / Poésie spatiale », « O Muro como « suporte » de obra / Le Mur comme « support » de l’œuvre », « Arte não catalogada / Art hors catalogue »)
  • « Exposições Antológicas » / « Expositions anthologiques »
  • « Grandes Confrontos » / « Grandes Confrontations »

Définition de nouvelles lignes visuelles : thème de l’écologie abordé pour la première fois ; première instance culturelle ; « haut-commissariat » = grande avancée pour une institution qui durant 26 ans n’avait pas changé en profondeur son règlement. « Nous étions des artistes et des critiques indépendants très connectés à la scène internationale et nous voulions faire prévaloir nos connaissances et certitudes même en plein régime militaire ». Tentative décisive pour la Biennale de prendre une nouvelle impulsion mais supprimée dès 1979, date à partir de laquelle la Biennale a perdu de sa force polémique et démocratique. Ce conseil s’est reformé à plusieurs reprises (1981, 1987, 1991) mais organe simplement décoratif. Polémique de 1991 : dénonciation de l’ingérence du Conselho Geral de la Biennale conduit à sa dissolution définitive.

Critique finale virulente de la Biennale aujourd’hui : « espaces orientés, stériles et domestiqués au service de l’establishment, du consensus bien-pensant et des intérêts personnels ».

  • LEIRNER, Sheila, « A Bienal faz 50 anos – Onde fica a arte ? » (« La Biennale fête ses 50 ans – Qu’en est-il de l’art ? »), p. 38-45.

Oubli de l’art, de la dimension sensible de la Biennale comme œuvre d’art au profit de questions spéculatives et de polémiques. Nécessité de créer un nouveau langage pour parler de la Biennale.

  • FABRINI, Ricardo Nascimento, « Para uma historia da Bienal de São Paulo : Da arte moderna á contemporânea » (« Pour une histoire de la Biennale de São Paulo : De l’art moderne à l’art contemporain »), p. 46-55.

Rétrospective des différentes éditions.

Si elle a joué son rôle pour ce qui est de la modernité, mise en garde contre les pièges de la contemporanéité (marchandisation, fétichisation…)

  • MARQUES, Luis, « A Bienal e o novo sistema das artes » (« La Biennale et le nouveau système des arts »), p. 56-63.

Alignement de la culture visuelle brésilienne sur la Biennale : peut-être un danger (homogénéisation…).

  • TEIXEIRA DE BARROS, Stella, « Males de Nascença » (« Les maux de la naissance »), p. 64-71.
  • MESQUITA, Ivo, « Bienais Bienais Bienais Bienais Bienais Bienais », p. 72-77.

Globalisation des Biennales et ses dérives : plutôt que de s’inscrire dans le giron de la Biennale de Venise, créer des modèles originaux.

  • COELHO, Teixeira, « Bienal de São Paulo : O suave desmanche de uma idéia » (« Biennale de São Paulo : Le doux démantèlement d’une idée »), p. 78-91.
  • MILLIET, Maria Alice, « Bienal : Perscursos e percalços » (« Biennale : Parcours et embûches »), p. 92-99

Paradoxe : instabilité institutionnelle (manque de moyens et complexités opérationnelles / enthousiasme continu autour de l’événement. Seul événement culturel à avoir un tel rayonnement international malgré une perte de prestige autour des années 1970. Transposition des oppositions idéologiques de la Guerre Froide dans le champ culturel : figuration (marxistes, nationalistes, souvent anti-américanistes/abstraction (eux-mêmes divisés entre partisans de l’Action Painting nord-américaine et l’abstraction de l’École de Paris). La Biennale des années 60 sous le sceau de la modernité : se positionnait pour l’abstraction tantôt nord-américaine, tantôt française.

« L’historicisation de l’art contemporain au Brésil ne peut oublier la contribution de la Biennale de São Paulo à ce processus intense d’enrichissement culturel. »

Trois moments qui ont questionné la contemporanéité et le phénomène de globalisation : l’édition de 1998 au cours de laquelle Paulo Herkenhoff reprend le concept d’ « anthropophagie » et présente l’idée de la « contamination » : concept brésilien étendu à une exposition internationale / révolution technologique et « post-modernisme » théorisée dès 67 par Mário Pedrosa / Walter Zanini, commissaire de l’édition de 1981 et qui abandonne les représentations nationales au profit des analogies de langages (rupture avec Venise, la sélection souvent diplomatique et déconstruction de la carte culturelle) = c’est à cette date qu’elle récupère son prestige et expose pour la première fois de l’art vidéo.

« À l’inverse du musée, sa mission n’est pas de préserver le passé mais de rejoindre le présent et même sonder le futur » : questionnements vis-à-vis des expositions historiques : deviennent désormais des noyaux conservateurs.

Remettre au centre sa mission initiale : l’expérimentation.

  • ESCOREL, Ana Luisa, « O design nas Bienais de São Paulo » (« Le design dans les Biennales de São Paulo »), p. 100-107.

Il faut attendre 1973 pour qu’une biennale soit spécifiquement dédiée à l’architecture et malgré cela n’a connu que six éditions. Aucune dédiée au design, à peine présente au sein de la Biennale, pourtant c’est à Max Bill que l’on donna le Grand Prix de 51. C’est au moment de l’instauration de la Biennale d’architecture que le design a commencé à s’exposer au sein de la Biennale, mais toujours comme un appendice de l’architecture, ce qui reste surprenant lorsque l’on sait qu’en 1963 s’ouvre la Escola Superior de Desenho Industrial à Rio. Tendance très large au Brésil d’assimiler le design à l’architecture et à la publicité, ce que la Biennale n’a fait qu’accentuer. Choix en fonction des intérêts et des valeurs esthétiques et marchandes des élites économiques à la tête des institutions : peu d’intérêt pour la culture matérielle alors que tout restait à faire dans le Brésil des années 50. Dans des contextes plus démocratiques, le design occupe une place fondamentale, à l’exemple des pays scandinaves. Emprise des classes dominantes sur le secteur culturel en Amérique latine.

  • IOSCHPE, Evelyn Berg, « Bienal e educação » (« Biennale et éducation »), p. 108-115.

Témoignage et retour sur la XXIV édition (1998, président : Júlio Landmann, commissaire : Paulo Herkenhoff) : création du « Núcleo Educação » (« Noyau Éducation ») dirigé par Evelyn Berg Ioschpe. Création réelle en 97 mais effective trois mois avant l’ouverture de la Biennale. Destiné à élaborer une stratégie de communication pour chaque public : public présent, public éducatif, public virtuel.

  • HERKENHOFF, Paulo, « A Bienal de São Paulo e seus compromissos culturais e políticos » (La Biennale de São Paulo et ses engagements culturels et politiques »), p. 116-121.

Commissaire de la XXIV Biennale (1998).

Biennale occupe les fonctions suivantes : production d’un panorama de l’art mondial ; diffusion de l’art brésilien ; présentation de l’art étranger/international au public brésilien ; former l’œil des jeunes artistes brésiliens ; diplomatie culturelle ; représentation symbolique de la ville de São Paulo et du mécénat de ses entreprises ; fonction muséologique ; connecter les critiques et les commissaires à l’échelle internationale ; trait d’union culturel de l’Amérique latine ; génératrice de nouveautés ; productrice de réflexion et de mémoire, création éditoriale ; engagement éducatif.

  • SALA Dalton, « Arquivo de arte da Fundação Bienal de São Paulo » (« L’Archive d’art de la Fondation Biennale de São Paulo »), p. 122-147.

Créé en 1954 (// célébration du IV centenaire de la fondation de São Paulo), par le Secrétaire de la Biennale du Museu de Arte Moderna de São Paulo, Wanda Svevo, d’abord sous le nom de « Arquivos Históricos de Arte Contemporânea ».

Modèle : Archivio Storico d’Arte Contemporanea della Biennalle di Venezia (1928).

But : Rassembler et conserver toute la documentation produite dans le cadre de la réalisation des Biennales.

1962 : la Biennale quitte le MAM-SP pour devenir Fundação Bienal de São Paulo dans laquelle s’insèrent les archives / année de la mort de sa fondatrice : deviennent « Arquivos Históricos Wanda Svevo ».

Plus grand centre d’archives sur l’art moderne et contemporain d’Amérique latine.

Depuis 1993 devenu patrimoine de l’État de São Paulo.

Article accompagné d’images.

ALAMBERT, Francisco, CANHÊTE Polyanna, As Bienais de São Paulo: Da era do Museu a Era dos Curadores (1951-2001) [Les Biennales de São Paulo : De l’ère du Musée à l’ère des commissaires (1951-2001)], São Paulo: Boiempo Editorial, 2004.

AMARANTE, Leonor, As Bienais de São Paulo, 1951 a 1987, São Paulo: Projeto, 1989.

BnF 4-V-53610

  • Premier ouvrage concernant la Biennale de São Paulo : abondamment cité dans les ouvrages, articles qui ont suivi, notamment ceux sélectionnés.
  • Description objectives de chacune des éditions : pas une véritable analyse critique mais historiographie complète : répertoire complet des personnalités liées à la Biennale et des publications éditées par cette dernière.

FARIAS, Agnaldo (Eds.), 50 anos Bienal de São Paulo: 1951 – 2001: Homenagem a Francisco Matarazzo Sobrinho, Fundação Bienal de São Paulo, São Paulo, 2001, 356 p.

INHA N9930.S2 BISA 2001 / BK IN-4 21135 / BnF 707.49 SAO 1951-2001

  • Bilingue anglais/portugais.
  • Nombreuses photographies d’archives.
  • Articulation de la Biennale à la vie de Ciccillo Matarazzo : biographie détaillée et contexte de création de la Biennale.
  • Présentation de la Biennale année par année (1951-2000).

Pour chaque édition, schéma type : présentation générale illustrée / organisation / prix brésiliens, étrangers et nombres d’artistes participants par pays / chronologies générales (Brésil et internationale).

  • Expositions internationales d’architecture : insérées à la Biennale jusqu’en 1971 puis événements indépendants (I Bienal de Arquitectura, 1973, la seconde n’a lieu qu’en 1993), absence de l’architecture au sein de la Biennale jusqu’à la fin des années 1970 puis reprise très partielle au cours des années 1980.
  • Intérêt pour le graphisme des couvertures de catalogues (design).
  • Somme incroyable mais dont l’article d’Isobel Whitelegg constitue une excellente synthèse (2013, mentionné ci-dessous).

GROOS, Ulrike, German Art in São Paulo: German Art at the Biennial 1951-2012, Ostfildern, Hajte Cantz, 2013.

INHA 4 MON 46641

HERBST, Hélio, Pelos salões das bienais, a arquitectura ausente dos manuais: contribuição para a histografia brasileira (1951-1959) [Dans les salons des biennales, l’architecture absente des manuels : contribution pour une historiographie brésilienne (1951-1959], Thèse de Doctorat en architecture, Faculdade de Arquitectura e Urbanismo, São Paulo, 2007. Texte sur CD-ROM publié par São Paulo, FAPESP, Anna Blume, 2011.

Bibliothèque de la Cité de l’Architecture, Paris, 720.981 HER

KLINTOWITZ, Jacob, 30 segundos de televisão valem mais do que 2 meses de Bienal da São Paulo. Isto é bom ou é ruim? [30 secondes de télévision valent plus que 2 mois de Biennale de São Paulo. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?], São Paulo: Summus, 1981.

British Library General Reference Collection X.429/16423 

  • Essai polémique, question mordante : Qu’est-ce qu’un événement culturel à l’ère technologique ? Quel est son but, son impact ? Part de cet événement officiel pour réfléchir sur l’organisation de la culture au Brésil et plus généralement, propose une analyse culturelle de notre monde.
  • Multiplication des événements mais aucune audience : n’intéresse personne car redondante : « […] A Bienal é redundante, portanto, porque está atrás dos veículos de comunicação de nossa época. A Bienal não tem qualquer importância cultural, tecnológica, comunicativa. Como não tem qualquer importância a maioria dos programas e promoções chamados de « cultos » / « […] La Biennale est donc redondante, parce qu’elle a du retard sur tous les moyens de communication de notre époque. La Biennale n’a aucune importance culturelle, technologique, communicative. Comme sont insignifiante la plupart des programmes dits « cultivés ». »
  • Vrai événement culturel possible par : le « laboratoire » (création individuelle d’un langage) et la communication (création collective d’un langage).
  • Théories de l’information et de la communication / histoire des institutions culturelles / politiques culturelles.

LAGNADO, Lisette et al., Cultural Anthropophagy: The 24th Bienal de São Paulo 1998, Londres: Afterall Books in association with The Center for Curatorial Studies, vol.6, Coll. Exhbition Histories, Bard College, 2015.

INHA NN9930.S2 BISA 1998

  • Plans et vues d’expositions en couleurs, ensemble de textes critiques et de témoignages d’artistes ayant participé à l’événement.
  • Outil critique complet dans le panorama de l’étude de l’histoire des expositions et des pratiques curatoriales.
  • Essai de Lisette Lagnado articule parfaitement le contexte brésilien et international à celui, plus particulier, de la Biennale.
  • Première édition à explorer un concept majeur de l’histoire de l’art brésilien : « anthropophagie » (formulé en 1928 par Oswald de Andrade). Extension conceptuelle et géographique du terme : Bakhtine, Jean-François Lyotard ou encore la critique institutionnelle.

LANOË, Élise, « Arts plastiques et rivalités internationales : les contributions allemandes et françaises aux Biennales de São Paulo, de la fin des années 1950 au début des années 1970 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011 http://journals.openedition.org/cal/316

  • Biennale comme parfait exemple de l’intégration de la culture à la politique.
  • Décennie 1960 particulièrement significative pour cette étude des relations internationales au prisme de la culture : nouvelles pratiques artistiques / domination politique et militaire des Etats-Unis se double  d’une offensive artistique : l’abstraction part en guerre contre le réalisme socialiste / dictature brésilienne mise en place dès 1964.
  • Années 1960 correspondent à une phase d’internationalisation de la Biennale de SP.
  • Relations franco-brésiliennes compliquées et partenariat prometteur entre la RFA et le Brésil que la Biennale reflète.
  • Représentations françaises traduisent l’élan artistique mondial d’un retour au « réel » (Nouveau réalisme, Figuration narrative) non sans un certain décalage (lié au retard des institutions françaises) : l’Ecole de Paris garde son monopole jusqu’en 1967, date à laquelle Michel Ragon selectionne les jeunes artistes français parmi lesquels A. Jacquet ou César (alors que le Nouveau réalisme s’est éteint l’année précédente).
  • Contributions allemandes : jusqu’en 1967 se scindent en deux categories : rétrospectives ou abstraction (stratégie de refoulement de l’art officiel nazi et par équivalence, l’art figuratif est associé au fascisme / opposition au Réalisme socialiste de l’Est). En 1969, les perspectives s’ouvrent et toutes les tendances, y compris figuratives, ont voix au chapitre. Pour autant, il faut attendre les années 1970 pour que soient représentées les tendances plus politisées.
  • RFA et Etats-Unis combinent leurs efforts pour éviter que le communisme ne se répande au Brésil. La RDA n’est pas représentée à la Biennale de SP, Réalisme socialiste banni = Biennale de SP est une affaire d’occidentaux mais concurrences intestines.
  • Rivalités internes qui s’expriment via les commissaires nationaux = habiles négiciations, alliances. Cela change en 1967, années ou le jury  ne se compose plus que de critiques. Les Français se sont joints à cette volonté de réforme et ont insisté sur la force de l’objection dans le choix des remises des prix // moyen pour combattre le déclin artistique français qui claque la porte de la Biennale chaque fois que ses attentes ne sont pas réalisées. Acharnement français s’arrête suite aux boycotts de 1969 et 1971. La RFA profite de ce retrait pour s’affirmer en adoptant une stratégie de « différenciation » // une affirmation liée au  rapprochement politique, économique entre les deux Etats. L’Allemagne, en remplacement de la France, apparaît comme cette « troisième voie ».
  • Du côté brésilien , la Biennale asseoit Sao Paulo comme la capitale artistique du pays. Rayonnement qui accompagne le formidable essor économique brésilien.
  • Biennale : miroir des évolutions artistiques / reflet des concurrences / catalyseur diplomatique.

MAGALHÃES, Ana Gonçalves , « La Participation française à la IXe Biennale de São Paulo (1967) et la Question « César » », Critique d’art [En ligne], 39|Printemps 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 26 mars 2018. http://journals.openedition.org/critiquedart/2651

  • Un exemple des enjeux idéologiques et diplomatiques autour de la Biennale de SP :

« Une polémique, surgie à l’occasion du Grand prix de la Biennale 1967, est déclenchée en raison des rapports établis entre les participations nationales de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Personne ne se doute, alors, de l’importance de la participation nord-américaine alors que la présence de deux critiques nord-américains (dont Andrew Ritchie) dans le jury du Grand prix aurait pu orienter le choix vers un artiste nord-américain –ce dont le milieu artistique brésilien se méfiait. Le prix se joua finalement entre l’Anglais Richard Smith et le Français César. », « Si la Biennale de 1967 reste célèbre par son surnom de « Biennale du Pop », du fait de la présence massive de la salle nord-américaine (signalée par Ragon), les rapports entre les milieux artistiques brésilien et français semblent avoir surmonté la propagande nord-américaine, et ont légitimé les liens entre le Nouveau réalisme et la Nova Objetividade Brasileira grâce à l’entrée de l’Expansion Contrôlée de César dans le plus important musée d’art moderne et contemporain du pays. »

MAGALHÃES, Ana Gonçalves, « A Bienal de São Paulo, o debate artístico dos anos 1950 e a constituição do primeiro museu de arte moderne do Brasil » (« La Biennale de São Paulo, le débat artistique des années 1950 et la constitution du premier musée d’art moderne du Brésil ») [en ligne], Museologia & interdisciplinaridade, Vol.1, n°7, out/nov. 2015. https://edisciplinas.usp.br/pluginfile.php/1953082/mod_resource/content/1/16651-52646-1-PB.pdf

  • Prix remis à la Biennale ont eu importance décisive sur la constitution d’une collection d’art moderne international au MAM-SP

MAZZUCCHELLI Kiki, « The São Paulo Biennial and the Rise of Contemporary Brasilian Art », in Contemporary Art Brazil, Hossein Amirsadegui and Catherine Petitgas (Eds.), Londres: Transglobe/ Thames & Hudson, 2012.

BK IN-4 28019

MEIRA, Silva Miranda, L’art moderne au Brésil dans les années 50 et 60, mémoire ou thèse sous la direction de Serge Lemoine, Université Paris-Sorbonne, 1993.

INHA 4 Th 439 (1)

  • Résume bref : La thèse L’art moderne au Brésil dans les années 50 et 60 a été conçue à partir d’un travail de recherche sur l’historique des Biennales de São Paulo (1951-1991), en situant l’art brésilien dans le contexte international.

MERKLINGER, Martina, Die Biennale de São Paulo : Kulturaustausch zwischen Brasilien und der jungen Bundesrepublik Deutschland (1949-1954), Biefeld: Transcript, 2013.

INHA  N9930.S2 BISA 2013

NELSON, Adele, The Monumental and the ephemeral : the São Paulo Bienal and the emergence of abstraction in Brazil, 1946-1954, thèse de doctorat, Tyler School of Art, 2012.

BK TH 453

NELSON, Adele, « Monumental and Emphemeral: the early São Paulo Bienais », in Constructive Spirit: Abstract Art in South and North America, 1920s-50s, Mary Kate O’Hare [Ed.], (exh. cat., Newark, Newark Museum/Fort Worth, Amon Carter Museum, 2010), Newark/San Francisco, 2010, p. 129-131.

INHA NX456.5.A2 CONS 2010

OLIVEIRA, Rita Alves, « Bienal de São Paulo: impacto na cultura brasileira » (« La Biennale de São Paulo : impact sur la culture brésilienne »), São Paulo em Perspectiva, 15/3, July/September, 200. http://www.scielo.br/pdf/spp/v15n3/a04v15n3

SILVA, Joseane Lucia, L’évolution de la Biennale internationale de São Paulo (1951-2004) vue au travers de la présence française, mémoire ou thèse sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux Montaigne, 2011.

BU LSH Bordeaux-Montaigne

  • Résumé : La Biennalede Sao Paulo, en presque soixante années d’une histoire mouvementée, s’est forgé une identité propre. La constitution de la manifestation s’était étagée sur deux décennies. A une étape de construction dans les années cinquante, a succédée une phase d’émancipation dans les années soixante. Au sortir d’une crise existentielle qui s’est étendue à toute la décennie soixante-dix, elle a été marquée, dans les années quatre-vingt, par une spectaculaire ouverture au monde. Elle a ensuite plongé dans une période de doutes et d’incertitudes. Cette évolution tumultueuse ne l’a pas empêché d’acquérir une identité, en devenant un fructueux « laboratoire d’idées ». L’action artistique française à travers sa représentation nationale et ses conservateurs de musée, critiques d’art et artistes, a joué un rôle considérable dans son évolution. Cette importance contraste avec l’idée, répandue en France, d’un déclin de l’influence artistique française en raison d’une montée de l’influence américaine sur la scène artistique internationale.

SPRICIGO, Vinicius, Modes of representation of the São Paulo : the passage from artistic internationalism to cultural globalisation/Modos de representação da Bienal de São Paulo : a passagem do internacionalismo artístico à globalização cultural, São Paulo, Hedra, Coleção Fórum Permanente, 03, 2011. Texte en anglais avec traduction portugaise en regard.

INHA N9930.S2 BISA 2011

WARSZA, Joanna, I can’t work like this: a reader on recent boycotts and contemporary art, Berlin, Salzurg, Sternberg Press, Salzburg international summer, 2017.

INHA N72.A77 ICAN 2017

  • Question des modes de financement de l’art (surtout des institutions publiques) au centre de cet ouvrage : mécénat industriel, sponsoring. Ethique contradictoire, indépendance, changement en profondeur, altération ?
  • Exemple de la XXXI Biennale de São Paulo : le sponsoring d’Israël lors de la biennale de São Paulo de 2014, a mené à la suppression des fonds suivie d’un boycott de 61 artistes : « Nous, artistes et participants de la 31e Biennale de São Paulo, refusons de supporter la banalisation de l’occupation actuelle d’Israël par les Palestiniens. Nous pensons que l’état des fonds culturels israéliens contribue directement à maintenir, défendre et blanchir leur violation de la loi internationale et des droits de l’homme. »

WHITELEGG, Isobel, « The São Paulo Biennial Complex », in The Art Museum in Latin America, Ed. Michele Greet & Gina Tarver, Routledge, 2017.

WHITELEGG, Isobel, « São Paulo & Other Models: the Biennale in Latin America, 1951-1991 », in Modern and Contemporary Latin American & Latino Art, Ed. Alejandro Anreus, Robin Adele Greeley, Megan Sullivan; Oxford: Blackwell Companions to Art History, 2017.

WHITELEGG, Isobel, « The Bienal Internacional de São Paulo: a concise history, 1951-2014 », Perspective. Actualité en histoire de l’art, 2/2013, Le Brésil, [Online], 2013, p. 380-386. http://perspective.revues.org/3902

  • Resitue de sa création dans le contexte de la Guerre Froide : la seconde biennale internationale créée après Venise et la première biennale à s’implanter hors de l’hémisphère Nord et de l’axe USA-Europe de l’Ouest. Panaméricanisme : accord entre le MAM-SP, MoMA de New York, Nelson Rockefeller. Accord et subventions à des fins économiques.
  • 3 phases dans l’histoire de la Biennale : 1951-1961 ou l’âge des musées (liens étroits avec le Museu de Arte Moderno de São Paulo (MAM-SP) fondé en 1948 par Ciccillo Matarazzo) / 1961-1979 : l’âge de Ciccillo Matarazzo / 1981 à nos jours : l’âge des commissaires.
  • Importance d’une figure : Ciccillo Matarazzo [Francisco Matarazzo Sobrinho] / élites italiennes déterminantes dans le développement des institutions artistiques et culturelles brésiliennes. Francisco Matarazzo Sobrinho, homme d’argent, possède une collection privée depuis 1945. Voyage en 1948 à Venise : idée lui vient alors de créer la Biennale brésilienne + un musée pour sa collection privée (Museu de Arte Moderna de São Paulo, MAM-SP).
  • 1951 : I Bienal do Museu de Arte Moderna de São Paulo. Président : Matarazzo (jusqu’à sa mort). Directeur artistique : Lourival Gomes Machado. Caractéristiques importantes : représentations nationales / artistes brésiliens (ou étrangers ayant vécu 5 ans sur le sol brésilien) soumettent 3 œuvres max. au jury / système de prix / salles historiques : souci pédagogique majeur qui explique le succès des Biennales (jusqu’en 1980) / biennales parallèles : cinéma, théâtre…
  • 1953 : II Bienal do Museu de Arte Moderna de São Paulo. Plus importante Biennale moderniste du Brésil voire d’Amérique latine.
  • 1957 : IV Bienal do Museu de Arte Moderna de São Paulo emménage dans le pavillon Ciccillo Matarazzo dessiné par Oscar Niemeyer et Hélio Uchôa, dans le parc Ibirapuera
  • 1961 : pour sa VI édition devient Bienal Internacional de São Paulo. Directeur artistique : Mário Pedrosa, trotskyste // 1ère participation de l’URSS. Début du processus de division entre le MAM-SP et la Biennale : Matarazzo donne sa collection au Museu de Arte Contemporáneo de São Paulo (MAC-SP).
  • 1962 : Création de la Fondation de la Biennale de SP (l’organisation n’est donc plus assurée par le MAM-SP).
  • 1963 : VII Bienal Internacional de São Paulo. Plus de commissaires mais des conseillers (jusqu’à la fin des années 1970).
  • 1969: X Bienal Internacional de São Paulo. Boycott international.
  • 1977 : XIV Bienal Internacional de São Paulo. Changement de présidence suite au décès de Matarazzo (Oscar P. Landmann). Biennale devient thématique.
  • 1979: XV Bienal Internacional de São Paulo. « Bienal das Bienais » (« La Biennale des Biennales) = Biennale rétrospective. Fin du système des prix.
  • 1981: XVI Bienal Internacional de São Paulo. Commissaire : Walter Zanini. Plus de représentations nationales mais organisation selon les langages artistiques. Focus sur les langages éphémères : livres d’artistes, vidéo, mail art, performance.
  • 1985 : XVIII Bienal Internacional de São Paulo. Commissaire : Sheila Leirner. Intitulée « A Grande Tela » (« La grande toile »). Grande galerie : œuvres placées les unes à côté des autres par affinités esthétiques. Plus d’art national, de différences âges/sexe/nationalité, pour elle, le langage de l’époque est celui de l’expressionnisme abstrait : « grande œuvre contemporaine occidentale ».

Exposition globalisée, apolitique : critiques. Exposition devient une œuvre en soi dont le commissaire devient la vedette.

WHITELEGG, Isobel, « Brazil, Latin America: The World. The Bienal de São Paulo as a Latin American Question », Third Text [Online], Vol. 26, Iss. 1: « Bursting on the Scene »: Looking back at Brazilian Art, 2012.

  • Retour sur la seule et unique édition de la Bienal Latino-Americana de São Paulo (1978) : analyse à partir de cet exemple la relation ambivalente de la Biennale à la notion de « latino-américanité » jusqu’à ses plus récentes éditions.

Articulation régional/continental/international.

  • 1980 : Aracy Amaral et Frederico Morais proposent de transformer définitivement la Bienal Internacional de São Paulo en Bienal Latino-Americana après l’expérience de 1978 : « échec » mais cette idée continue d’irriguer les discours autour de la Biennale.

WHITELEGG, Isobel, « The Bienal de São Paulo: Unseen/Undone (1969-1981) », Afterall [Online], Vol. 22, Autumn/Winter2009, https://www.afterall.org/journal/issue.22/the.bienal.de.so.paulo.unseenundone.19691981#share

  • 1969-1981 ou les années 1970 comme la « période des boycotts » // contexte de répression dictatoriale.
  • Boycott inaugural de 1969 abondamment relayé puis désintérêt progressif pour les éditions de 1971 à 1979 qui furent, elles, relativement peu commentées à l’échelle de la critique internationale. Pourtant ces années 1970 furent une période de réflexion intense et de tentatives de réformes structurelles significatives de la Biennale. Mais aussi période cruciale pour l’art contemporain brésilien. Question de la participation à la Biennale ou de son boycott à l’échelle locale primordiale dans l’élaboration de l’art brésilien des années 1970 et inversement. Nécessité de décentrer les discours : revenir sur les discours locaux tenus lors de cette période et ne pas se restreindre aux discours internationaux.
  • 1981 : XVIe Bienal Internacional de São Paulo. Commissaire : Walter Zanini. Engouement international reprend avec cette édition.
  • Questions de l’histoire, de la mémoire, des archives de la Biennale centrales pour assurer sa pérennité : « archival focus » inauguré avec la XXVIIIe édition de la Biennale, en 2008, intitulée « Em vivo contato » (« In Living Contact »). Ce virage archivistique permet ainsi de revenir sur ces années 1970 et sur l’impact local joué par la Biennale, notamment sur les artistes restés au Brésil, trop souvent oubliés dans les recherches anglophones (attention portée aux artistes exilés reconnus internationalement dès les années 1960 ou les artistes restés au Brésil mais en contact avec cette génération exilée). Omission des pratiques artistiques développées au Brésil même. Idées erronées de « marginalité », « léthargie », « isolation » pourtant centrales du côté de la critique internationale.
  • Biennale n’est qu’un événement culturel parmi tant d’autres : compétition locale : « Salão de Arte Contemporânea » (1966-75) au Museu de Arte Contemporânea Campesinas et JAC (Jovem Arte Contemporânea, 1963-74) à l’Université du Museu de Arte Contemporânea de São Paulo (MAC-USP). Compétitions et interactions fortes entre toutes ces institutions.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.