Séance 08 (captation vidéo) : Les institutions précaires et établies d’art contemporain et leur transformation des années 1960 aux années 1980

22 mai 2018, INHA, salle Vasari, 17-20h (séance en anglais)

Considérant la Biennale des jeunes artistes comme une institution précaire de l’art contemporain, il vaut la peine de se demander comment elle s’inscrivit – si ce fut le cas – au sein d’un mouvement critique à l’égard des institutions et des musées en particulier, qui conduisit dans les années 1960 et 1970 à expérimenter de nouveaux espaces pour l’art. Cette conférence réunit l’artiste Richard Nonas, qui fut profondément impliqué dans la création d’espaces organisés par les artistes à New York, et la commissaire d’expositions Alanna Heiss, qui créa PS1 comme une institution alternative pour l’art contemporain, et fut également une protagoniste directe de la Biennale de Paris: dans les années 1970, en tant que membre de son réseau international, elle proposa plusieurs participants étatsuniens, avant d’être invitée comme l’un des quatre commissaires internationaux de la Nouvelle Biennale en 1985.

English version:

The precarious and established institutions of contemporary art and their transformation from the 1960s to the 1980s

Considering the Biennale des jeunes artistes as a precarious institution for contemporary art, it is worth asking how did it relate – if it did – to the international movement of criticism towards art institutions and museums in particular, which led in the 1960s and 1970s to the experimentation of new spaces for contemporary art? This conference brings together the artist Richard Nonas, who was closely involved in the creation of artist-run spaces in New York, and the curator Alanna Heiss, who founded PS1 as an alternative institution for contemporary art, and who also had firsthand experience of the Biennale de Paris at several occasions: in the 1970s, as was part of its international network, she recommended several American participants, before being invited as one of the four international curators for the Nouvelle Biennale in 1985.

 

Intervenants :

  • Alanna Heiss (Clocktower, New York)
  • Richard Nonas (artiste)
  • modération Pauline Chevalier (Université de Besançon/INHA)

Alanna Heiss, directrice de Clocktower Productions, est une figure majeure du mouvement radical de création d’espaces alternatifs à New York dans les années 1970 qui a transformé les pratiques de production, présentation et réception des projets artistiques in situ et de grande échelle.

En 1972 elle a fondé la légendaire Clocktower Gallery, puis, en 1976 P.S.1 Contemporary Art Center (aujourd’hui MoMA PS1), centre internationalement reconnu de production et de présentation d’art contemporain sans collection fixe, qu’elle a dirigé pendant 32 ans. Heiss a organisé plus de sept cents expositions, aussi bien à P.S.1 qu’à travers le monde. En 2003, elle a fondé Art Radio WPS1.org, la station radio expérimentale de P.S.1. sur le Web. Parmi ses nombreuses publications figurent des catalogues de l’œuvre de Janet Cardiff, Alex Katz, Dennis Oppenheim, Michelangelo Pistoletto, Katharina Sieverding, John Wesley.

Alanna Heiss a été l’une des quatre commissaires de la Nouvelle Biennale de Paris de 1985, la commissaire du pavillon américain à la Biennale de Venise en 1986, la commissaire principale de l’hommage à John Cage à la Biennale de Venise en 1993 et la directrice curatoriale de la Biennale de Shanghai en 2002.

Chevalier des Arts et des Lettres, elle est récipiendaire de nombreux prix dont le Mayor’s Award for Contributions to the Artistic Viability de la ville de New York, l‘Ordre royal de l’Étoile polaire de la Suède, le prix Skowhegan pour un travail exceptionnel dans le champ des arts et le CCS Bard Award for Curatorial Excellence.

(biographie adaptée du site de Clocktower, http://clocktower.org/person/alanna-heiss)

Né à New York en 1936, Richard Nonas étudie la littérature et l’anthropologie sociale à l’université de Michigan, au collège de Lafayette, puis aux universités de Columbia et de Caroline du Nord, avant de travailler pendant dix ans sur le terrain comme anthropologue avec des Indiens d’Amérique en Ontario du Nord, au Mexique du Nord et en Arizone du Sud. Il se tourne vers la sculpture au milieu des années 1960, à l’âge de 30 ans. Son travail anthropologique laisse une forte empreinte sur sa pratique sculpturale et en particulier sur l’importance de la perception de l’espace. Faisant recours à un vocabulaire minimaliste, l’œuvre sculptural de Richard Nonas engage une réflexion sur la notion de lieu (place).

Dans les années 1970, Nonas a fait partie d’un groupe d’artistes et commissaires intrépides qui a trouvé et créé des lieux d’exposition alternatifs. Nombre de ses œuvres, réalisées en bois de construction, en poutres linéaires, en paves de granite ou en plaques d’acier, reposent directement au sol et fonctionnent moins comme des objets esthétiques formels que comme des marqueurs d’espace. Les formes qu’il crée visent à interrompre l’espace, attirent l’attention sur l’absence de spécificité des formes, tout en créant une sensation d’espace chargé d’émotions et de significations.

Nonas expose et intervient dans le monde entier, aussi bien dans des musées que dans des espaces extérieurs. En France, il a réalisé des installations permanentes à Avignon, à Dunkerque et, plus récemment, dans le hameau abandonné de Vière : Edge-stones: Vière et les moyennes montagnes, Digne-les-Bains. Ses dernières expositions personnelles incluent The Man in the Empty Space (MASS MoCA, Massachusetts, 2016) et Richard Nonas: ridge (out, away, back) (Art Institute de Chicago, 2016-2017).

(biographie adaptée du site de la galerie Fergus McCaffrey, http://fergusmccaffrey.com/artist/richard-nonas/)

Pauline Chevalier est maître de conférences à l’université de Bourgogne – Franche-Comté où elle enseigne l’histoire de l’art et la muséologie. Depuis début 2018, elle est conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art pour le domaine « Histoire des techniques et des disciplines artistiques », responsable d’un programme dédié aux sources visuelles et graphiques des partitions chorégraphiques du XVIe siècle à nos jours.
Ses recherches personnelles portent sur les convergences entre littérature, danse, sculpture et image en mouvement dans l’art américain depuis les années 1960, et sur les croisements entre espace d’exposition et espace scénique dans l’art contemporain.
Elle est notamment l’auteur d’Une Histoire des espaces alternatifs à New York, de SoHo au South Bronx (1969-1985) paru aux Presses du réel en 2017.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.