Séance 06 : La place des pratiques sonores et performatives à la Biennale de Paris

Rennes, Archives de la critique d’art, séance du séminaire du 13 mars 2018. Exposition de documents d’archive issus du fonds de la Biennale internationale des jeunes artistes, préparée par Anne Zeitz et Clélia Barbut. © Archives de la critique d’art.

Rennes, Archives de la critique d’art, séance du séminaire du 13 mars 2018. Exposition de documents d’archive issus du fonds de la Biennale internationale des jeunes artistes, préparée par Anne Zeitz et Clélia Barbut. © Archives de la critique d’art.

 

Anne Zeitz et Clélia Barbut, séminaire “Pratiques sonores et performatives à la Biennale de Paris”, le 13 mars 2018, Archives de la critique d’art, Rennes.© Droits réservés.

13 mars 2018, Archives de la critique d’art, Rennes, 14-17h

Tenue à Rennes, en présence des documents d’archive, cette séance propose de réfléchir à la place des pratiques artistiques au sein d’une manifestation d’envergure internationale comme la Biennale de Paris. Clélia Barbut examine la présence de la performance, en particulier dans les éditions de la décennie 1970 au cours desquelles cette catégorie artistique émerge de manière explicite ; Anne Zeitz aborde la dimension sonore de certaines propositions des années 1970 et 1980 et leur place dans les expositions et programmes radiophoniques de la Biennale. À travers les discours des critiques, commissaires et artistes, sont analysés les glissements sémantiques de l’« intervention » vers la « performance », et de la « musique » vers l’« œuvre sonore ». Il s’agit aussi d’interroger les correspondances (et les contradictions) avec les sections connexes, performance, film et composition musicale.

Intervenants

  • Clélia Barbut (université Rennes 2)
  • Anne Zeitz (université Rennes 2)

Anne Zeitz est maître de conférences à l’Université Rennes 2. Elle est membre du laboratoire PTAC/Rennes 2 et membre associé du laboratoire TEAMeD/Paris 8. Ses recherches portent sur le rapport entre l’art contemporain, la littérature et le cinéma et les questions socio-politiques et économiques – notamment dans le champ de la surveillance, de l’économie de l’attention et du Big Data. Elle a collaboré avec des institutions telles que le Goethe-Institut Paris et Johannesburg et la Tate Britain et mène des projets avec le Goldsmiths College à Londres, ainsi que, dans le cadre d’une bourse de recherche de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’Institut Français en 2016 sur les questions de l’attention sonore dans l’art contemporain, avec la Hochschule für Grafik und Buchkunst de Leipzig. Publications récentes : «Moments d'(in)attention, De la temporalité suspendue chez Max Neuhaus » (Tacet #4, décembre 2015) et « Visualités, virtualités et trauma – Des temporalités de la guerre à distance » (Multitudes, #63, juillet 2016).

Clélia Barbut est historienne et sociologue, chercheuse associée à l’EA Histoire et Critique des Arts (Rennes 2) et au CERLIS (Paris 5) et chargée d’enseignement dans ces deux universités. Après une thèse de doctorat consacrée à l’émergence de la performance en France et aux Etats-Unis pendant la décennie 1970, elle poursuit ses recherches actuellement au sujet des pratiques performatives, leurs mémoires et leurs archives, ainsi qu’au sujet des épistémologies féministes. Ses dernières publications incluent par exemple un article intitulé « Raconter la performance: l’entretien comme cadre pour la reprise et la transmission des oeuvres performatives. Entretiens avec Esther Ferrer et Nil Yalter » dans la revue Intermédialités paru à l’automne 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.