Séance 04 (captation vidéo) : La participation, figures et échecs (autour du GRAV et de Frank Popper)

 

16 janvier 2018, INHA, salle Vasari, 17-20h

Dès ses débuts, et tout au long des années 1960, la Biennale de Paris énonce le souhait de voir présentées des œuvres collectives, des « travaux d’équipe » réalisés en collaboration par des artistes de différentes disciplines et requérant une réception active, à la fois ludique et critique. Cette séance s’articule autour de deux moments qui font cristalliser à la fois ce désir de faire participer le public, et les limites qui lui sont inhérentes. D’un côté, le premier labyrinthe présenté par le Groupe de Recherche d’Art Visuel à la Biennale de 1963 permet d’évoquer le rôle du jeu dans la transgression des attitudes spectatoriales. De l’autre, le travail de Frank Popper est l’occasion de confronter sa réflexion sur la participation du public aux expériences qu’il a menées à l’époque, et en particulier lors des biennales de 1967 et 1969.

Intervenants

  • Marion Hohlfeldt (université Rennes 2)
  • Jean-Louis Boissier (université Paris 8)

Marion Hohlfeldt  est maître de conférences en Histoire de l’art, département Arts plastiques, UFR ALC, coresponsable de l’axe de recherche « Art et Politique » au sein de l’Equipe d’accueil « PTAC Pratiques et Théories de l’Art Contemporain » (EA 7472), université Rennes 2. Elle a fait des études à Cologne et à Paris, ayant soutenu une thèse sur les aspects ludiques en art contemporain avec un regard approfondi sur le GRAV (Weimar, VDG, 1999, 254p.). Plusieurs publications portent sur ce sujet, dont, plus récemment : « À la Recherche d’un Nouveau Spectateur: The Function and Significance of Play in the Participatory Environments of the Groupe de Recherche d’Art Visuel », in Praticable: Audience Participation in Contemporary Art and New Media from the 1950s to the Present Day, sous la direction de Samuel Bianchini, Boston, MIT Press, 2016. En 2013, elle a consacré une exposition au GRAV dont une partie se tenait à la galerie Art & Essai de l’université Rennes 2 et a codirigé avec Laurence Imbernon son catalogue intitulé Mouvement, lumière, participation. Le GRAV 1960-1968, Rennes, éd. du musée des Beaux-Arts de Rennes, 2013.

Jean-Louis Boissier est professeur émérite en art contemporain à l’université Paris 8. Comme chercheur, artiste et commissaire, il est intervenu dans le champ des nouveaux médias et de l’interactivité. Ses essais ont été publiés dans deux ouvrages par le Mamco, Genève : La Relation comme forme, 2004, 2009 et L’Écran comme mobile, 2016. Il a réalisé une « traduction » intermédiale des Promenades de Jean-Jacques Rousseau sous forme de CD-Rom, Moments de Jean-Jacques Rousseau, Gallimard, 2000 et y est revenu récemment dans le médium de la tablette. Il a publié récemment « Toward a Dramaturgy of Interactivity » dans le volume Praticable: Audience Participation in Contemporary Art and New Media from the 1950s to the Present Day, sous la direction de Samuel Bianchini, Boston, MIT Press, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.