Séance 01 (captation vidéo) : Penser la Biennale de Paris aujourd’hui

24 octobre 2017, INHA, salle Vasari, 17-20h

Comment penser une biennale terminée mais encore récente, circonscrite dans une époque idéologiquement différente mais ayant partie liée au monde de l’art actuel ? Après une introduction historique, cette séance donne la parole à Jean-Marc Poinsot, commissaire de la Section des envois en 1971, témoin de la Biennale dans les années 1970 et 1980 et auteur d’analyses critiques à son sujet auxquelles il s’agira de revenir aujourd’hui, ainsi qu’à Catherine David, commissaire d’expositions et de manifestations internationales d’art contemporain, qui aborde l’évolution du format et du rôle de la biennale (des biennales) dont on constate depuis une trentaine d’années la multiplication et le nombre exponentiel.

Intervenants :

  • Catherine David (Musée national d’art moderne – Centre Georges-Pompidou)
  • Elitza Dulguerova (INHA)
  • Jean-Marc Poinsot (Archives de la critique d’art/université Rennes 2)
  • Introduction : Éric de Chassey, directeur général de l’INHA

Jean-Marc Poinsot est professeur émérite à l’université Rennes 2 et président des Archives de la critique d’art qu’il a fondées en 1989. Il a au fil des années mené conjointement les activités d’enseignant-chercheur en histoire de l’art, de critique d’art et de commissaire d’exposition. Sa dernière exposition en date, présentée ici même, salle Roberto Longhi, mai-juillet 2015, était consacrée aux fonds des Archives de la critique d’art « Mémoires croisées, dérives archivistiques », coproduite avec l’INHA et le FRAC Bretagne. Ses ouvrages principaux sont L’atelier sans mur (1991), Quand l’œuvre a lieu. L’art exposé et ses récits autorisés (1999, rééd. 2008). Il a par ailleurs établi la première édition complète des écrits de Daniel Buren pour le Capc/Musée d’art contemporain (1991). Il dirige la revue semestrielle Critique d’art qui depuis 1993 rend compte des publications françaises et étrangères sur l’art contemporain. Il est actuellement membre du bureau de l’AICA. Son parcours a croisé celui de la Biennale de Paris à plusieurs reprises.

Catherine David est la Directrice adjointe du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, chargée de la recherche et de la mondialisation. De 1982 à 1994, elle a été conservateur au Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, et à la Galerie nationale du Jeu de Paume, à Paris. Catherine David a occupé de 1994 à 1997 le poste de directrice artistique pour la documenta X de Kassel. Elle a ensuite dirigé le Witte de With Center for Contemporary Art (Rotterdam), où elle a initié le projet Représentations arabes contemporaines. En 1998, elle reçoit le prix ‘Bard Award for curatorial excellence’ à New-York. Elle a récemment été la commissaire de : Unedited History. Iran 1960-2014, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 2014 ; MARWAN Early Works 1962-1972, BEC (Beirut Exhibition Center), 2013 ; Mutatis Mutandis, Secession, Vienne, 2012 ; Blind Spot, Haus der Kulturen der Welt, Berlin, 2012 ; Wilfredo Lam, Centre Pompidou, 2016. Récemment, elle a organisé l’exposition temporaire Mémoires des futurs. Modernités indiennes, « un projet réunissant les travaux de Pablo Bartholomew, Goutam Ghosh, Gauri Gill, Sosa Joseph, Benitha Perciyal, Ram Rahman et Seher Shah, et accompagné d’une programmation discursive comprenant projections, présentations et discussions. » En mars 2018, elle est commissaire de l’exposition Vincent Meesen au Centre Pompidou.

Elitza Dulguerova est maître de conférences en histoire et théorie de l’art contemporain à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne et conseillère scientifique du domaine “Histoire de l’art du XVIIIe au XXIe siècle” à l’INHA où elle a initié le programme de recherche “1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris”.

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.