Le réseau des correspondants internationaux de la Biennale de Paris (1973-1975-1977)

Auteur : Federica Milano

En novembre 2020, Federica Milano a soutenu avec succès, sous la direction d’Elitza Dulguerova et de Mica Gherghescu, un mémoire de Master 2 de l’École du Louvre intitulé « Le réseau des correspondants internationaux de la Biennale de Paris (1973-1975-1977) » qui examine le changement du système de sélection de la Biennale de Paris opéré par le délégué général Georges Boudaille au cours des années 1970 et l’introduction d’un nouveau réseau de « correspondants internationaux » chargés de proposer les jeunes artistes.

L’étude se concentre sur les cas de onze de ces correspondants, dont les profils très variés ont été choisis sur la base des critères de sexe, d’âge, de provenance géographique et de profession dans le monde de l’art.

Il s’agit du muséologue brésilien Mario Barata, de l’artiste et académicien turc Nurullah Berk, du critique d’art tchèque Jindřich Chalupecký, de la commissaire américaine Nina Felshin, du marchand indien Kekoo Gandhy, de l’artiste et théoricien argentin Jorge Glusberg, de l’artiste américain Gordon Matta-Clark, de la critique d’art française Catherine Millet, de l’artiste coréen Lee Ufan, de l’artiste français Ben Vautier et de la critique et académicienne italienne Marisa Volpi-Orlandini. Leurs trajectoires à l’intérieur de la Biennale et les parcours des artistes qu’ils ont proposés sont reconstruits à partir de leurs correspondances et de documents officiels conservés dans les archives de la Biennale, aujourd’hui versées aux Archives de la critique d’art de Rennes et à la Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou. À travers ces études de cas, ce mémoire vise à analyser le fonctionnement chaotique et singulier de la Biennale des jeunes artistes et à reconstruire certains réseaux personnels et professionnels qui liaient Paris avec les « centres » et les « périphéries » de l’art contemporain.

 

Liste préparatoire de la sélection des pays et des correspondants internationaux pour la 9e Biennale de Paris, 1975.
Fonds Biennale de Paris 1959-1985, INHA-Collection Archives de la critique d’art :
FR ACA BIENN75 ADM002/8

Résumé de l’argumentaire :

Suite aux mouvements de contestations internes et externes de l’édition de 1969, le comité d’administration de la Biennale de Paris opte pour l’élection du critique d’art des Lettres Françaises et sympathisant du parti communiste, Georges Boudaille, qui devient le nouveau délégué général pour l’édition de 1971.

À la tête de la manifestation parisienne jusqu’à la dernière édition de 1985, Georges Boudaille tentera d’apporter une série de réformes au système de sélection de la Biennale des jeunes artistes. Il essayera d’adapter son mécanisme de fonctionnement à l’évolution du climat artistique contemporain et de maintenir la Biennale en phase avec la transformation du circuit des expositions internationales, dominé par la Documenta de Kassel.

Parmi ces réformes, le système de sélection qu’il établit en 1973 marquera profondément l’histoire de la Biennale de la décennie 1970. Il s’agit d’un mécanisme de sélection tout à fait inédit, qui repose sur un réseau horizontal de correspondants internationaux chargés de transmettre des informations sur la jeune création dans leurs pays et de proposer des candidats pour chaque édition. Le choix final est opéré par un jury central réuni à Paris, dont les membres sont choisis parmi les connaissances et les amis du délégué général du monde entier. Ce réseau informel se nourri d’échanges interpersonnels et de recommandations mutuelles ; il transforme ainsi la manifestation parisienne en un véritable « lieu de rencontre » (physiques ou à distance) pour plus de 250 acteurs du monde de l’art international, comprenant des artistes, des académiciens, des conservateurs, des critiques d’art et des marchands.

En créant des canaux de communications alternatifs aux politiques culturelles officielles, le nouveau système limite l’ingérence des gouvernements qui avait pesé sur les participations nationales dans les années 1960. La Biennale s’ouvre ainsi à une nouvelle génération d’artistes expérimentaux, souvent en opposition plus ou moins ouverte avec les politiques culturelles des divers pays, notamment ceux sous régimes autoritaires.

Selon les mots des organisateurs, le nouveau système a également le mérite de transformer la Biennale en un « baromètre de l’avant-garde internationale », capable de « dénicher les nouvelles tendances » de l’art contemporain et de les présenter de manière plus cohérente que les sélections nationales de la décennie précédente.

Cependant, le succès des courants internationaux tels que l’art minimal, l’art conceptuel, la performance et l’art vidéo se fait au détriment de la participation des pays du « Tiers Monde », travaillant avec des techniques artistiques plus traditionnelles. Si l’Afrique disparaît complètement de la carte géographique de la Biennale, l’Amérique du Sud est loin d’être au même rang des pays occidentaux, des pays socialistes ou des pays de l’Extrême-Orient, principaux protagonistes des éditions de ces années.

De plus, le système des correspondants internationaux finit par être un échec financier. L’abolition des participations nationales officielles entraîne la cessation du financement que la Biennale recevait des ambassades, ce qui crée un déficit budgétaire difficile à combler durant trois éditions. Afin d’assurer la survie de la manifestation, le délégué général et le comité d’administration se voient donc obligés de reporter la onzième édition prévue pour 1979, et de rétablir le système des participations nationales en 1980.

Avec ses cercles vertueux et ses paradoxes, ce système de sélection est une caractéristique marquante de la Biennale des 1970 et son étude permet d’approfondir les connaissances sur ces éditions et d’en expliquer certains choix esthétiques et politiques.

Plus d’informations dans l’article de Federica Milano qui paraîtra dans le volume collectif édité par Elitza Dulguerova sur l’histoire de la Biennale de Paris (INHA/Presses du réel, à venir).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search