Penser une biennale depuis ses archives : la collection d’objets éphémères de la Biennale de Venise au Clark Art Institute

par Elitza Dulguerova

Artistes ukrainiens anonymes, Sac en tissu faisant partie du projet non officiel #ONVACATION, 56e Biennale de Venise, , 2015, 15 1/4 × 13 5/8 pouces.
(c) Clark Art Institute Library, Venice Biennale Ephemera Collection.

Sous le titre “Art’s Biggest Stage: Collecting the Venice Biennale, 2007–2019“, le Clark Art Institute a présenté durant l’été 2019 une exposition consacrée à la Biennale de Venise. Le projet a l’originalité d’être fondé sur la collection propre – et unique – que la bibliothèque de cet institut de recherche développe depuis 2007 autour de la manifestation internationale la plus importante de l’art contemporain à l’échelle mondiale.

A l’origine du projet, Susan Roeper, actuelle directrice de la bibliothèque, ensemble avec son collègue Terri Boccia, proposent un projet de collaboration au libraire londonien Thomas Heneage : grâce à la proximité géographique entre son lieu de travail et la Biennale, il lui serait plus aisé de réunir puis de leur faire parvenir toute la documentation imprimée destinée au public dans le cadre de la Biennale de Venise (provenant des sélections officielles, des pavillons nationaux, des programmations concomitantes, des projets alternatifs…). Se trouvent ainsi réunies des publications à caractère documentaire ou publicitaire : catalogues des pavillons nationaux et des lieux d’exposition parallèles, livres d’artistes, affiches, plaquettes, sacs publicitaires en tissu, invitations aux vernissages ou aux fêtes – mais également des œuvres artistiques qui elles-mêmes adoptent le format de l’imprimé multiple (affiche, livret, flyer, badge), jouant avec les codes du commerce de l’art.

Comme le relatent les textes réunis dans le catalogue de l’exposition paru en 2019, très vite après son initiation cette collaboration entre le marchand londonien et les bibliothécaires américains commence à mettre à l’épreuve les habitudes de conservation de la bibliothèque du Clark Art Institute par la quantité d’objets éphémères difficilement classables, de dimensions et de nature variées, parfois périssables, s’étendant rapidement vers l’espace numérique (sites et programmes Web, jeux vidéo, etc.), dépassant les limites de la publication imprimée et de la documentation pour devenir une collection d’objets éphémères (Venice ephemera collection) fort variés générés par la Biennale de Venise en tant que machine de production symbolique.

L’intérêt de ce catalogue tient en premier lieu au dévoilement de cette démarche de documentation à la fois systématique et paradoxale – dans la mesure où ne sont collectionnés que des produits diffusés et disponibles, et non les documents d’archive relatifs à la conception ou aux coulisses de fabrication de la Biennale qui, eux, restent conservés depuis ses débuts à Venise. L’on comprend donc que plusieurs histoires de la Biennale de Venise sont possibles, voire plusieurs types d’archéologies. L’on peut décortiquer méticuleusement les documents d’archive nous informant des échanges et des prises de décision menant à la gestion de telle édition de la Biennale, aux choix de ses artistes et commissaires ou à ceux des pays participants. Mais l’on peut également faire le chemin inverse, en partant depuis ce que la Biennale produit, propulse, éjecte voire rejette dans l’espace public.

Autrement dit, si cette collection de documents met la bibliothèque (du Clark Art Institute) face aux limites des pratiques de conservation et de documentation normées, de manière plus importante encore, ne serait-ce que pour les chercheurs s’intéressant aux phénomènes de la biennalisation, elle pose la question du périmètre même d’une biennale, de son sens et de ses rôles. Non seulement : « Comment documenter une biennale ? », mais : « Qu’est-ce qu’une biennale, d’après ces documents ? ».

Les essais de Susan Roeper et de Sarah Hamerman dans le catalogue de l’exposition abordent cette tension du point de vue des archives, en montrant que le processus de collecte comme le contenu de cette collection participent du fonctionnement même d’une biennale. Les deux sont intimement liés à la temporalité accélérée des vernissages et autres événements mondains concentrés dans les premiers jours et semaines de la Biennale qui génèrent la production de la majorité des documents collectés. Le processus de collecte comme le contenu de la collection sont aussi indissociables de l’extension urbaine de la Biennale à l’échelle de la ville de Venise et de ses environs, des logiques touristiques et économiques qui déterminent cette dissémination et qui parfois créent des possibilités de résistance u-topiques (tel le projet non réalisé d’Emily Jacir Map: Stazione, from Palestine c/o Venice, conçu en marge de la Biennale de Venise de 2009.). Les deux participent également de l’intérêt accru que l’art contemporain et ses institutions temporaires internationales vouent à l’économie de l’expérience, à ce souhait de faire participer les visiteurs, mais aussi de les faire consommer.

Les auteurs du catalogue ne plaident cependant pas pour un nouvelle méthode déductive parfaitement transparente. Telle que conceptualisée par Sarah Hamerman, l’archive qui résulte de la collecte menée par le Clark Art Institute ne fait pas que “révéler”, tel un révélateur photographique, ce qui autrement serait resté inaperçu. Archivistes de formation, les auteurs du catalogue défendent une pratique consciente et réfléchie de l’archive qui peut devenir acte critique, voire politique, opposant à l’économie de l’expérience immédiate le choix volontaire de multiplier les points d’accès (les types de documents), qui deviennent autant de points d’interprétation. L’accent mis dans le catalogue sur le grand nombre de documents collectés provenant d’actions parallèles, de résistance, à connotation politique ou idéologique, témoigne de l’importance d’un lieu comme la Biennale de Venise pour représenter symboliquement certaines luttes politiques, tout en ayant conscience que c’est également un lieu de consensus globalisé.

Pour le projet de recherche sur la Biennale de Paris qui est le nôtre, ce catalogue d’exposition ouvre un débat fort intéressant quant aux fonctions et possibilités qu’offre l’archive pour une/des interprétations critiques de l’histoire des Biennales. Elle montre aussi à quel point les bibliothèques peuvent (et doivent) être des lieux d’engagement critique.

* * *

(Une version plus courte de ce texte a paru dans le numéro 53 de la revue Critique d’art, p. 205-206 ; également disponible en ligne).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.