Analyse des documents relatifs aux acquisitions d’œuvres par l’État dans le cadre de la Biennale de Paris

Par Eléa Le Gangneux, chargée d’études et de recherche, INHA

Malgré la multiplicité des documents conservés dans les fonds des Archives nationales, ces recherches ne permettent pas de dresser une liste exhaustive des œuvres acquises par l’État à l’issue des différentes Biennales de Paris pour la période 1959-1985.

Cependant, des informations relatives aux propositions d’acquisitions d’œuvres, aux acquisitions, ou aux allocations versées par l’État ont pu être récoltées pour les éditions de 1961, 1963, 1965, 1967, 1975 et 1980 de la Biennale de Paris.

Des listes manuscrites, des comptes rendus de visite, des fiches d’engagement ou encore des arrêtés ministériels permettent de connaitre le nom de certaines œuvres acquises par l’État. Dans le fonds de la Sous-direction de la formation, des productions artistiques et des achats ; produit par le Bureau des achats (1882-1980), des dossiers ont été réalisés pour les Biennales de Paris de 1963, 1965 et 1967[1].

Divers documents sont à même de nous renseigner sur les œuvres que l’État a souhaité acquérir ou qu’il a acquises.

Les procès-verbaux des visites de la Biennale effectuées par la Délégation de la commission de la création artistique dressent la liste des œuvres sélectionnées par l’État. Les renseignements apportés par ces derniers sont : nom de l’artiste, nom de l’œuvre, typologie. Les PV de visite permettent également de nous renseigner sur la composition des membres des différents comités chargés des achats.

Les arrêtés ministériels demeurent les documents les plus complets et les plus fiables, puisque validés par le contrôle financier et l’administrateur civil du Bureau des Achats et des commandes. Ils nous renseignent sur l’artiste, sa nationalité, le titre de l’œuvre, sa date de réalisation, ses dimensions et son prix.

Les fiches d’engagement ou les notes pour le dépôt peuvent également fournir le nom des œuvres acquises par l’État suite à la Biennale de Paris.

Nous n’avons trouvé que peu d’archives pouvant nous renseigner sur le lieu de dépôts des œuvres acquises par l’État. Seul un document produit par les organisateurs de la Biennale de Paris stipule que les œuvres acquises par l’État suite aux Biennales de 1963 et 1965 ont été déposées à la Salle des achats de l’État du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris[2]. Nous avons trouvé mention d’une seule œuvre déposée au Musée de Saint Etienne, il s’agit de l’œuvre Étude III  réalisée en 1962 par l’artiste Tchèque Bédrich Dlouhy et acquise par l’Etat en 1966[3].

Ces recherches permettent de nous renseigner sur la composition des membres des différents comités chargés des achats de l’État. À l’issue des différentes manifestations, une visite de la Biennale était organisée avec les membres de ce comité. De nombreux comptes rendus de ces visites sont conservés par les Archives nationales. Ces recherches permettent également d’évaluer l’implication des organisateurs de la Biennale, qui apparaissent comme des entremetteurs dans le processus d’achat de l’État. Les quelques règlements de la Biennale conservés aux Archives nationales témoignent de l’évolution permanente des statuts. Dès la première édition la Biennale de Paris, en 1959, la manifestation est dotée d’un bureau de vente[4]. Ce service spécial permet aux artistes d’être représentés et de faire le lien avec les acheteurs. Les pays représentés ont dès lors l’interdiction d’instituer des bureaux analogues, et 15% du fruit de chaque vente d’œuvre doit obligatoirement être reversé à la Biennale, même si la vente a été effectuée directement par l’artiste ou par un tiers.

L’article 16 du règlement de la deuxième Biennale de Paris, daté de novembre 1960, stipule qu’aucune vente n’aura lieu par l’intermédiaire de la Biennale[5]. Cependant, le secrétariat de la Biennale se propose de communiquer aux personnes intéressées les renseignements concernant les œuvres et les artistes. Il est ainsi demandé aux artistes d’indiquer les valeurs de leurs œuvres sur les formulaires d’inscription. Le règlement de la Biennale conservé dans le dossier Biennale de Paris 1973[6], montre une évolution (s’agit-il réellement de 1973 ou bien est-ce une erreur? Les documents conservés dans ce dossier sont tous datés avant 1970). En effet, l’Article 16 intitulé « Vente » stipule qu’une commission de 20% doit être reversée par les acheteurs aux organisateurs de la Biennale. Ces frais sont décrits comme des « frais d’organisation et de secrétariat ». Nous n’avons pu déterminer si ces frais étaient également imputés à l’État lorsque ce dernier souhaitait acquérir des œuvres. Ces nombreux documents traduisent les évolutions de l’organisation de la Biennale des jeunes artistes.

Les clauses générales du règlement de la Biennale de 1963 apportent quelques informations quant aux modalités d’acquisition des œuvres des lauréats de la Biennale par l’État. En effet, il est stipulé que les lauréats étrangers de la section arts plastiques se voient attribuer neuf bourses de cinq mois pour un séjour en France. L’État français se rend également acquéreur pour une œuvre de chacun des lauréats jusqu’à une somme de 1000 nouveaux francs par artiste.[7]

Un courrier du Chef du bureau des travaux d’art adressé à David Hockney nous renseigne sur les formalités administratives et le processus que les artistes doivent suivre avant que les œuvres soient définitivement acquises par l’État. Ainsi, après la visite de la Biennale par la Délégation de la commission de la création artistique, une sélection d’œuvres est formulée, les artistes sont contactés le plus souvent par les organisateurs de la Biennale. Une fois l’arrêté ministériel publié, l’artiste doit s’engager à fournir les contrats et formules de cession des droits de reproduction, ainsi que des photographies de l’œuvre[8].

Selon les archives consultées, le délai de paiement est aléatoire et généralement long.

Dans une lettre adressée au Délégué Général du Ministère de la Culture, Georges Boudaille reproche aux membres de la commission d’achat de ne pas respecter leurs engagements, mettant les artistes dans des situations financières délicates[9].Des notes ont été également émises pour non-paiement de l’État. Un document daté de 1965 déplore que cinq artistes n’aient toujours pas été payés par l’État pour des œuvres acquises après l’édition de 1961 et de 1963 de la Biennale de Paris[10].

En 1975, Georges Boudaille suggère au Directeur de la Création artistique que les achats de l’État aient lieu avant la manifestation afin de permettre aux jeunes artistes d’être financièrement plus préparés pour leur participation à la Biennale[11].

 

Ces recherches permettent également de constater que les expositions « Sélections de la Biennale » sont souvent composées d’œuvres sélectionnées par le comité d’achat de l’État. En effet, comme le souligne un courrier de Raymond Cogniat adressé au Directeur général des Arts et des Lettres le 11 mars 1964, des œuvres acquises par l’État sont présentées lors des expositions itinérantes « Sélections de la Biennale ». Ces prêts du Dépôt des œuvres d’Art de l’État font également l’objet d’arrêtés ministériels[12]. En sollicitant l’aide de l’État, Raymond Cogniat fait part des difficultés rencontrées par les organisateurs lorsqu’il s’agit de rassembler les œuvres d’artistes étrangers.

 

NOTES

[1] Fonds de la sous-direction de la formation, des productions artistiques et des achats ; Bureaux des achats (1882-1980), dossier Biennale de Paris 1963 Achats, (19860306/7)

[2] Document produit par les organisateurs de la Biennale de Paris, Dossier Biennale de Paris 1965, Ibid., (19860306/7)

[3] Note pour le dépôt, par Lucienne Clausse, Chef du bureau des Achats et Commandes, septembre 1966, Fonds de la sous-direction de la formation, des productions artistiques et des achats ; Bureaux des achats (1882-1980), Ibid., dossier Biennale de Paris 1963 Achats, (19860306/7)

[4] Articles 19,20,21,22, 23, chapitre « Conditions de vente » du Règlement de la première Biennale Internationale des Jeunes Artistes, 25 décembre 1958, Fonds des musées nationaux, Gestion des musées de France (Producteur); dossier Association française pour la manifestation Biennale et internationale des jeunes artistes  (20150044/164)

[5] Article 16, chapitre « Ventes » du Règlement de la deuxième Biennale de Paris, novembre 1960, Dossier Biennale de Paris 1973, (19860306/7)

[6] Article 16, chapitre « Vente » du Règlement de la Biennale Internationale des Jeunes Artistes, non daté, Dossier Biennale de Paris 1973 (est-ce une erreur, s’agit-il d’un dossier sur la Biennale de 1963?), (19860306/7)

[7] Article 22 des clauses générales du Règlement de la Biennale 1973, Ibid.

[8] Courrier de Lucienne Clausse, Chef du Bureau des Travaux d’Art adressé à David Hockney, 17 décembre 1964, dans Fonds de la sous-direction de la formation, des productions artistiques et des achats ; Bureaux des achats (1882-1980), dossier Biennale de Paris 1963 Achats, (19860306/7)

[9] Lettres de Georges Boudaille, Délégué Général de la Biennale de Paris, adressées à Michel Tourliere, Délégué Général du Ministère de la Culture et de la Communication, 1980. Fonds du Ministère de la Culture et de la Communication/ Délégation aux Arts plastiques (producteur) ; dossier SALONS; sous-dossier Biennale de Paris (19900621/15)

[10] Note pour Monsieur Cognat, Inspecteur principal des Beaux-Arts, Fonds de la sous-direction de la formation, des productions artistiques et des achats ; Bureaux des achats (1882-1980), dossier Biennale de Paris 1965, (19860306/7)

[11] Lettre de Georges Boudaille, Délégué Général de la Biennale de Paris, adressée à Bernard Anthonioz, Directeur de la création artistique, 1975, Fonds du Ministère de la Culture et de la Communication/ Délégation aux Arts plastiques (producteur) ; dossier SALONS ; sous-dossier CA2 Biennale 1975 (19900621/15)

[12] Ibid.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.