Séance 17 (captation video) : Exposer la Biennale de Paris ?

INHA, salle Giorgio Vasari, 11 juin 2019, 17-20h

Avec la participation de Mathilde Arnoux (Centre allemand d’histoire de l’art), Guillaume Blanc (Université de Paris I), Aurore Buffetault (INHA/Université de Paris I), Elitza Dulguerova (INHA/Université de Paris I), Éléa LeGangneux (INHA/Université Paris Sorbonne), Julia Raymond (INHA/Université de Paris I).

Cette séance est consacrée aux réalisations actuelles et à venir du programme de recherche mené à l’INHA sur les archives et l’histoire de la Biennale internationale des jeunes artistes tenue à Paris entre 1959 et 1985. En écho à la question posée par la première séance du séminaire – « Penser la Biennale de Paris aujourd’hui » – , celle-ci veut réfléchir aux possibles formes d’« exposition », au sens très large du mot, de cette biennale aujourd’hui : quels outils numériques pourraient rendre justice à la complexité de ses archives ? Quel type de publication permettrait à la fois de circonscrire et d’articuler, historiquement et théoriquement, la variété des participations qu’elle a pu accueillir ? Peut-on représenter, sous forme d’exposition muséale, l’histoire discontinue de cette biennale, et comment ?  

Présentations bio-bibliographiques des intervenants :

Mathilde Arnoux est directrice de recherche, responsable des publications françaises au DFK Paris. Elle a soutenu sa thèse de doctorat en 2003 à l’Université Paris IV, sur La réception de la peinture germanique par les musées français entre 1871 et 1981, parue sous le titre La peinture allemande dans les musées français dans la collection Passages. Elle a depuis développé des recherches sur les relations artistiques aux XIXe et XXe siècles à travers l’analyse de la presse artistique et l’étude d’échanges épistolaires tels que la correspondance entre Henri Fantin-Latour et Otto Scholderer, elle aussi parue dans la collection Passages et accessible en ligne. De 2011 à 2016, elle a dirigé le projet ERC Starting Grant OwnReality. À chacun son réel. La notion de réel dans les arts plastiques en France, RFA, RDA et Pologne, 1960–1989, travaillant avec une équipe de jeunes chercheurs européens à l’étude des relations artistiques entre pays situés de part et d’autre du rideau de fer. De cette recherche est issu en 2018 l’ouvrage La réalité en partage. Pour une histoire des relations artistiques entre l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide paru dans la collection Passerelles. En 2017, elle a été habilitée à diriger des recherches à l’université Paris Ouest Nanterre où elle est désormais membre titulaire de l’unité de recherche Histoire des Arts et des Représentations. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches sur la question des relations artistiques en Europe durant la guerre froide.

Guillaume Blanc est doctorant en histoire de la photographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où il prépare une thèse portant sur les enjeux politiques et idéologiques du champ photographique de l’Après-Guerre en France. Chargé de cours à l’Université catholique de l’Ouest (Angers) en histoire sociale de la photographie et à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée en théories contemporaines de l’image, il est aussi secrétaire général de la Société française de photographie et a été chargé d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art entre 2015 et 2018. Ses travaux récents incluent un article pour la revue Trransbodeur ainsi qu’une contribution au catalogue de l’exposition Icônes de Mai 68. Les images ont une histoire présentée à la Bibliothèque nationale de France. Il a aussi co-dirigé le dossier « Photographie et capitalisme » de la revue Image & Narrative (19.4) après avoir co-organisé une journée d’études et un colloque international sur ce sujet (INHA, Paris).

Aurore Buffetault est chargée d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA). Elle prépare actuellement sa thèse de doctorat Poétiques de la libération. Le Centro de Arte y Comunicación (CAYC) de Buenos Aires 1968-1979, à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Pascal Rousseau. Sa recherche propose d’interpréter à nouveaux frais le développement du conceptualisme latino-américain, à partir de l’exemple stratégique du CAYC. La relation étroite tissée entre art expérimental, antipsychiatrie et politiques tiers-mondistes est au cœur de cette analyse. Elle a récemment publié dans la revue Histo.art, “Third Video. La vidéo, outil critique de la télévision : une généalogie argentine, 1965-1976”. Elle est l’un des membres fondateurs de l’association de recherche ATHAMAS – Art et antipsychiatrie qui a remporté en janvier 2019 l’une des résidences INHALab. Elle a participé à de nombreux événements scientifiques dont la « Transregional Academy on Latin American Art II » (Buenos Aires, 2017).

Elitza Dulguerova est maître de conférences en théorie et histoire de l’art contemporain à l’Université de Paris I, en délégation comme conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art où elle dirige le programme de recherche “1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris“. Ses recherches suivent deux directions principales : l’histoire sociale de l’art et l’histoire des idées en Russie/URSS (projets en cours sur la figure du paysan-artiste et sur les expositions d’économie nationale, 1935-1956) ; et l’histoire et la théorie de l’exposition dans l’art du XXe et XXIe siècles. Elle est l’auteur d’Usages et utopies : l’exposition dans l’avant-garde russe prérévolutionnaire, Dijon, les Presses du reel, 2015. Ses récentes publications incluent : « The Exhibition as Parergon of Artworks: Russian Avant-Garde Experiments », in T. Garcia & V. Normand (dir.) Theater, Garden, Bestiary: A Materialist History of Exhibition, London/Berlin, MIT Press/Sternberg Press, 2019, p. 164-172 ; « Ouverture pour cause d’inventaire. Figures et significations de l’exhaustivité en exposition », RACAR, no. spécial « Commissariat engagé/Critical curating », s/dir. M. Fraser & A. Ming Wai Jim, vol. 43, no. 2, 2018, p. 13-26.

Eléa Le Gangneux est en quatrième année de Doctorat sous la Direction de Jean-Yves Andrieux. Sa thèse, intitulée « Le mobilier en bois transformé du Second XXe à nos jours : Objets, créateurs et institutions du Design français contemporain. » est préparée au sein du Centre André Chastel. Ses recherches visent à déterminer l’évolution des techniques d’ébénisterie et ont pour but d’enrichir une réflexion sur l’histoire du mobilier du Second XXe siècle. Chargée d’études et de recherche à l’INHA depuis 2016, Eléa Le Gangneux a rejoint en 2018 le programme de recherche “1959-1985, Au prisme de la Biennale de Paris”, sous la direction d’Elitza Dulguerova.

Julia Raymond est doctorante en philosophie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, sous la direction de Danièle Cohn. La recherche menée dans le cadre de sa thèse porte sur le développement de la poésie-action de 1955 à aujourd’hui et sur les rapports que cette pratique poétique expérimentale entretient avec la philosophie, dans l’objectif de déterminer le paysage philosophique de la poésie-action, sa poïétique et ses boites à outils diverses. Depuis octobre 2017, elle occupe dans le cadre de son contrat doctoral un poste de chargée d’études et de recherche à l’INHA sous la responsabilité scientifique d’Elitza Dulguerova et travaille pour le programme “1959-1985 : au prisme de la Biennale de Paris”, pour lequel elle a fait une intervention sur la place de la poésie performance au sein des biennales des années 1960.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.