Séance 16 (captation vidéo) : Les manifestations alternatives et la Biennale de Paris. Le « Off » de la Biennale

21 mai 2019, 17-20h, INHA, salle Giorgio Vasari, avec la participation de Mica Gherghescu et Julia Raymond.

Résumé de la séance :

À partir de l’édition de 1961, la Biennale de Paris devient progressivement le lieu de nombreuses programmations parallèles, souvent thématisées, en lien plus ou moins distendu avec les sélections officielles et qui imprimeront une extraordinaire dynamique des démarches artistiques. Projets satellites, les manifestations annexes de la Biennale seront aussi les lieux de différentes émancipations et radicalités, testant les limites du discours critique et alternatif ainsi que ses formats et médiums d’expression. Cette séance sur la face « off » d’un événement en continuelle mutation sera l’occasion de revenir sur certains des contrechamps de la Biennale de Paris ainsi que sur les modes de performance et d’intervention des participants.

Intervenantes :

  • Mica Gherghescu (Bibliothèque Kandinsky)
  • Julia Raymond (INHA/Université de Paris I)

Présentations biographiques :

Responsable de l’accueil scientifique et de la programmation à la Bibliothèque Kandinsky, au Centre Pompidou, Mica Gherghescu est docteure en histoire de l’art (EHESS) et travaille sur les écritures expérimentales, la poésie concrète et visuelle. Elle a été commissaire associée au Nouveau Festival en 2013, pour la section « Langages imaginaires » et a préparé plusieurs expositions, autour d’Aimé Césaire (2016), la poésie sonore et visuelle (2017), Mihai Olos et Ghérasim Luca (2018). Elle est membre du collectif Globalisation, Art et Prospective de l’Institut national d’histoire de l’art.

Julia Raymond est doctorante en philosophie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, sous la direction de Danièle Cohn. La recherche menée dans le cadre de sa thèse porte sur le développement de la poésie-action de 1955 à aujourd’hui et sur les rapports que cette pratique poétique expérimentale entretient avec la philosophie, dans l’objectif de déterminer le paysage philosophique de la poésie-action, sa poïétique et ses boites à outils diverses. Depuis octobre 2017, elle occupe dans le cadre de son contrat doctoral un poste de chargée d’études et de recherche à l’INHA sous la responsabilité scientifique d’Elitza Dulguerova et travaille pour le programme « 1959-1985 : au prisme de la Biennale de Paris ».

André Cadere, encart dans la revue de François Pluchart, Artitudes, n°2, novembre 1971, p. 7, © Fonds Destribats, Bibliothèque Kandinsky – Musée national d’art moderne/Centre de création industrielle, Centre Pompidou.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.