Séance 15 (captation vidéo) : La participation des peintres paysans de la région de Houhsien (Chine) à la Biennale de 1975 : art contemporain et maoïsme

2 avril 2019, 17-20h, salle Giorgio Vasari, INHA

Avec : Estelle Bories (Université de la Sorbonne Nouvelle/IESA), Caroline Bodolec (CNRS, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine) et avec l’aimable participation improvisée de Jean-Louis Boissier

La séance s’articulera autour de la participation exceptionnelle des peintres paysans de la région de Houhsien (Chine) à la 10e Biennale de Paris. La revendication d’un modèle de production artistique basée sur « l’édification d’une Chine nouvelle, socialiste » sera l’occasion de décrypter la fascination de la France des années 1960 et 1970 pour le maoïsme. Le statut du « peintre paysan », incarnation de la figure de l’artiste amateur, sera analysé du double point de vue de l’histoire de l’art (Estelle Bories) et de l’anthropologie (Caroline Bodolec), de sa remobilisation en République Populaire de Chine à sa réception au niveau international.  

Biographies des intervenants :

Estelle Bories (Université de la Sorbonne Nouvelle/IESA).

Titulaire d’un doctorat de Sciences-Po Paris, Estelle Bories est spécialisée dans l’art chinois après la chute impériale. Elle a publié plusieurs articles sur la question de l’identité dans l’art contemporain chinois et le développement du marché de l’art. Elle s’intéresse également à la représentation chinoise à la Biennale de Venise. Elle prépare aux Presses du réel une anthologie Une anthologie de textes sur l’art moderne et contemporain chinois (1910-2008), intitulée Pouvoir critique et révolutions esthétiques en Chine. Estelle Bories est par ailleurs membre du collectif « Globalisation, art et prospective » de l’INHA, coordonné par Zahia Rahmani, qui vise à produire une réflexion collaborative sur les manques épistémologiques au sein de la critique contemporaine, afin de mieux envisager une histoire mondiale de l’art.

 Caroline Bodolec, Chargée de recherche CNRS, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, UMR8173 Chine, Corée, Japon

Caroline Bodolec est ethnologue et travaille dans la région du Shaanxi depuis plus de 20 ans. Elle s’intéresse aux techniques de construction des habitations vernaculaires (et a publié l’ouvrage L’architecture en voûte chinoise : un patrimoine méconnu, éditions Maisonneuve et Larose, Paris, 2005), à la culture matérielle et aux pratiques du patrimoine culturel immatériel dans les villages de cette région. Outre de nombreux articles sur ce sujet, elle contribué au film Yaodong, petit traité de construction, film réalisé par Elodie Brosseau, sur une idée originale et le conseil scientifique de Caroline Bodolec, EHESS production, 2012, 89 minutes, qui a gagné de nombreux prix dont celui du Patrimoine culturel immatériel au Festival du Film ethnographique Jean Rouch en 2012, ainsi que le prix « coup de pouce » au festival du film de chercheur de Nancy en 2014.

Jean-Louis Boissier est professeur émérite en art contemporain à l’université Paris 8. Comme chercheur, artiste et commissaire, il est intervenu dans le champ des nouveaux médias et de l’interactivité. Ses essais ont été publiés dans deux ouvrages par le Mamco, Genève : La Relation comme forme, 2004, 2009 et L’Écran comme mobile, 2016. Intervenant dans une précédente séance de ce séminaire, consacrée en janvier 2018 à la notion de participation, il intervient dans celle-ci à titre d’acteur de la période concernée : sa thèse de 1979, « La question de l’héritage dans les arts plastiques en Chine des années 70 », s’appuie sur des études historiques, une série d’enquêtes documentaires, de voyages en Chine à partir de 1973 et de rencontres avec certains artistes, dont les peintres paysans de Huxian. En 1975, invité par Suzanne Pagé, il est commissaire de l’exposition de l’ARC « Images du peuple chinois », du 20 mars au 27 avril.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.