Calendrier du séminaire, année 2018-2019

Séminaire « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris »

Octobre 2018 – juin 2019

INHA, salle Giorgio Vasari, 17-20h (sauf exception)

16 octobre 2018 :
La présence japonaise à la Biennale de Paris dans les années 1960 et 1970, ou comment « s’exprimer par des formes neuves, dans un monde nouveau »
Françoise Nicol (Université de Nantes)
Lilian Froger (Université Rennes 2)
Benoît Buquet (Université de Tours)

De par son envergure, la Biennale de Paris constitue une large vitrine des changements qui s’opèrent sur la scène artistique japonaise à partir des années 1960, alors que le Japon cherche à retrouver une place dans le paysage international après la Seconde Guerre mondiale. Cette séance abordera la participation des peintres japonais et la redéfinition des pratiques picturales, la sculpture, les environnements et les artistes ayant gravité autour du mouvement Mono-ha, ainsi que la présence du groupe Provoke et de la photographie, au tournant des années 1970. Il s’agira également d’interroger les discours contemporains de ces œuvres, qui eux aussi tentent de se départir des modèles occidentaux. Parallèlement, l’on s’intéressera à l’exposition anthologique de la Biennale de Paris au musée Seibu à Tokyo en 1978.

13 novembre 2018 :
La Biennale de Paris, un objet d’étude polymorphe : investigations documentaires de jeunes chercheuses
Justine Jean (École du Louvre/University of Essex)
Marion Bélouard (Ecole du Louvre/University of Glasgow)
Claire Dupin de Beyssat (INHA/Université de Tours)
avec la participation de Giulia Cappelletti (Université Roma Tre)

Cette séance accueille des jeunes chercheuses qui, de manière à chaque fois singulière, ont mené dans le cadre de leurs études des enquêtes autour de la Biennale de Paris et du phénomène de biennalisation dont il s’agira de présenter les résultats et les défis méthodologiques. Y sera question de la genèse de la première Biennale internationale des jeunes artistes en 1959, de ses enjeux politiques et diplomatiques ainsi que de ses paradoxes originels ; d’une investigation à partir des photographies réalisées par Marc Vaux pour les éditions de1963, 1965 et 1967 et de ce qu’elles nous apprennent tant sur la Biennale que sur les valeurs de la photographie à cette époque ; et, dans une perspective davantage bibliographique, des difficultés à cerner les biennales comme objet d’étude spécifique. S’y ajoute une présentation de la participation italienne à la Biennale de 1971, à partir d’archives visuelles inédites.

22 janvier 2019 :
De la non coïncidence à l’effacement : la présence des artistes africains à Paris
Maureen Murphy (Université de Paris I/Institut universitaire de France)
Lucy Steeds (Université des Arts, Londres)
Séance en français et en anglais

Si l’on en croit une certaine historiographie, l’art contemporain africain aurait émergé sur le circuit mondial au lendemain de l’exposition Magiciens de la terre (1989), conçue, à l’origine, comme la quatorzième édition de la Biennale de Paris. Or dès le début des années 1960, des artistes africains et sénégalais en particulier,exposent à la Biennale de Paris et ce, à plusieurs reprises. Aucun d’entre eux ne sera retenu pour les Magiciens de la terre. Cette séance sera consacrée à l’étude de la participation des artistes africains aux deux événements dans une approche comparative avec la Biennale de La Havane (1989) et de Dakar (1990).

19 février 2019 :
Quelle filiation ? Modernités comparées : Venise et les biennales latino-américaines  
Sara Catenacci (historienne de l’art indépendante, Rome)
Anita Orzes (Université de Madrid)
Séance en anglais

Afin de situer la Biennale de Paris au sein de la prolifération mondiale de tels événements, il peut être utile de poser une question épistémologique : existe-t-il un modèle unique et valide qui identifierait le format des biennales d’art ? Cette séance aborde des questions de méthode au moyen de deux études de cas à la fois différentes et reliées entre elles. D’un côté, la Biennale de Venise, considérée d’habitude comme la biennale d’art la plus ancienne et comme celle qui a institué le format même des biennales. De l’autre, la Biennale de Havane, progéniture des biennales des périphéries, qui a institué de nouvelles façons de faire de l’art dans une biennale. Dans les deux cas, il importe d’étudier de près les récits et les mécanismes de légitimation afin de mieux comprendre ce phénomène à facettes multiples. 

19 mars 2019 :
Biennales d’architecture, l’architecture à la Biennale (de Paris) : questionner les limites disciplinaires
Rute Figueiredo (post-doctorat, Université Rennes 2)
Roula Matar-Perret (École d’architecture de la Villette)
Hélène Jannière (Université Rennes 2)

La séance se tiendra exceptionnellement aux Archives de la critique d’art à Rennes de 10h à 13h.
Séance en français et en anglais

Au cours des dernières décennies, la remarquable diffusion de ce que l’on appelle désormais la biennalisation a défini un nouvel espace mondial dans lequel l’architecture et l’art ont acquis une visibilité exceptionnelle. Pour les historiens de l’art et de l’architecture, l’étude de ces manifestations internationales à grande échelle, flexibles et temporaires,ouvre la voie à des récits alternatifs. Cette séance examinera d’abord la position des biennales de Paris et de Venise au sein de cette cartographie cyclique sans précédent, l’entrée de l’architecture comme thème dans ces deux biennales et l’évolution de son rôle avec le temps. Elle réfléchira ensuite à la place de l’architecture par rapport aux autres formes artistiques, à l’exemple de la participation de Gordon Matta-Clark à Paris de1975. Enfin, elle étudiera les biennales d’architecture à Paris en 1982 et 1985 dans le contexte du postmodernisme.

2 avril 2019 :
La participation des peintres paysans de la région de Houhsien à la Biennale de 1975 : art contemporain et maoïsme
Estelle Bories (université Sorbonne-Nouvelle)
Caroline Bodolec (EHESS/ITHS)

(résumé définitif à venir). Séance autour de la participation exceptionnelle des peintres paysans de la région de Houhsien (Chine) à la 10e Biennale de Paris :décryptage de la fascination de la France des années 1960 et 1970 pour le maoïsme, explication du statut du « peintre paysan », de l’instauration de ces pratiques en Chine communiste, au double point de vue de l’histoire de l’art (Estelle Bories) et de l’anthropologie (Caroline Bodolec).

21 mai 2019 : Les manifestations alternatives et la Biennale de Paris (le « Off » de la Biennale)
Mica Gherghescu (Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne – Centre Georges-Pompidou)

(résumé définitif à venir). Que se passait-il à côté, en marge, sous l’impulsion ou en réaction, en opposition à la Biennale de Paris ? Présentation et analyse de ces manifestations alternatives au fil des années.

11 juin 2019 : Séance de clôture.
Bilan, présentation et valorisation des ressources produites et à venir, en présence des membres de l’équipe de recherche et de chercheurs invités.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.