Séance 13 (captation vidéo) : Quelle filiation ? Modernités comparées : Venise et les biennales latino-américaines

Paris, INHA, Salle Giorgio Vasari, 19 février 2019, 17-20h (séance en anglais)

Intervenantes :
Sara Catenacci (historienne de l’art indépendante, Rome)
Anita Orzes (Université autonome de Madrid)

Résumé de la séance :

Afin de situer la Biennale de Paris au sein de la prolifération mondiale de tels événements, il peut être utile de poser une question épistémologique : existe-t-il un modèle unique et valide qui identifierait le format des biennales d’art ? Cette séance aborde des questions de méthode au moyen de deux études de cas à la fois différentes et reliées entre elles. D’un côté, la Biennale de Venise, considérée d’habitude comme la biennale d’art la plus ancienne et comme celle qui a institué le format même des biennales. De l’autre, la Biennale de la Havane, progéniture des biennales des périphéries, qui a institué de nouvelles façons de faire de l’art dans une biennale. Dans les deux cas, il importe d’étudier de près les récits et les mécanismes de légitimation afin de mieux comprendre ce phénomène à facettes multiples.

Présentations biographiques :

Sara Catenacci est historienne de l’art basée à Rome. Elle a étudié à l’université Ca’ Foscari à Venise et a soutenu sa thèse de doctorat à l’université Sapienza à Rome. Dans ses recherches, elle s’intéresse tant à l’histoire des expositions qu’aux connexions entre pratiques artistiques, architecturales et de design, pédagogie critique et engagement social, particulièrement dans l’Italie des années 1970. Ses écrits traitent de la Biennale de Venise, des projets collaboratifs de l’architecte Riccardo Dalisi à Naples et du collectif Global Tools entre Milan et Florence, du travail de Gianfranco Baruchello et des exemples de solidarité internationale entre artistes et praticiens créatifs. Elle a été commissaire de la recherche (Research Curator) de la 14e Biennale d’Istanbul entre 2014 et 2015 et collabore actuellement aux éditions NERO à Rome comme chercheur et coordinateur des publications de livres et catalogues d’art.

Anita Orzes est doctorante à l’Université autonome de Madrid et commissaire indépendante (gestor cultural). Elle étudie les pratiques curatoriales de la Biennale de Venise et celles des biennales d’Amérique Latine et des Caraïbes, en s’intéressant en particulier aux façons dont la Biennale de Venise reflète les changements socio-politiques et économiques à l’échelle mondiale. Diplômée en Conservation de l’héritage culturel (université de Ca’Foscari, Venise) et en histoire de l’art contemporain et de la culture visuelle (université Complutense de Madrid et université Ca’Foscari), elle a travaillé à la Biennale de Venise, à la collection Pinault à Punta della Dogana et à la fondation des amis du Musée Prado. Elle a publié, entre autres, Venice Biennale ad its cities (Anales de Historia del Arte, 2014).

Version anglaise : 

Which Lineage? Modernities in Comparison: Venice and the Latin American Biennials

In order to locate the Biennale de Paris within the worldwide proliferation of such events it can be useful to start with an epistemological question: is there a unique, valid model that identifies the art biennial format? This session addresses methodological issues by focusing on two different yet interrelated case studies. On the one hand, the Venice Biennale, usually considered the oldest international art biennial and the one that instituted the very format. On the other, the Havana Biennial, the progeny of the biennials of the peripheries, that launched a new way of making art in a biennial. In both cases, narratives and legitimizing mechanisms need to be thoroughly scrutinized in order to better address this multifaceted phenomenon.

Resumes:

Sara Catenacci is an art historian based in Rome, Italy. A graduate of Ca’ Foscari University in Venice, she holds a Ph.D. in art history from the Sapienza University of Rome. Her research interests span from the history of exhibitions to the connections between artistic, design and architectural practice and critical pedagogy and social engagement, especially in 1970s Italy. Her writings have dealt with the history of the Venice Biennale, the collaborative endeavors of architect Riccardo Dalisi in Naples and the collective Global Tools between Milan and Florence, the work of Gianfranco Baruchello, and examples of international solidarity among artists and creative practitioners. The Research Curator for the 14th Istanbul Biennial from 2014 to 2015, she is currently collaborating with NERO, Rome, as editorial researcher and coordinator for the publication of art books and catalogues.

Anita Orzes is Ph.D. candidate in the Autonomous University of Madrid and cultural manager. She researches the curatorial practices in the Venice Biennale and in biennials in Latin America and Caribbean and how the structure of the Venice Biennale mirrors the social-political and economical changes in the world. She graduated cum laude in Conservation of Cultural Heritage (Ca’ Foscari University of Venice, 2010), and holds a MA in Contemporary Art History and Visual Culture (Complutense University of Madrid, 2011) and a MA in History of Arts (Ca’ Foscari University of Venice, 2014). She worked at the Venice Biennale, François Pinault Collection at Punta della Dogana (Venice) and at the Friends of the Prado Museum Foundation and she curated Venecia (NO) está en venta (Seville, 2016). She has published, among others, “Venice Biennale and its cities” (Anales de Historia del Arte, 2014).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.