Séance 11 : La Biennale de Paris, un objet d’étude polymorphe : investigations documentaires de jeunes chercheuses

Paris, INHA, salle Giorgio Vasari, 13 novembre 2018, 17-20h

Cette séance accueille trois chercheuses qui, de manière à chaque fois singulière, ont mené dans le cadre de leurs études des enquêtes autour de la Biennale de Paris et du phénomène de biennalisation dont il s’agira de présenter les résultats et les défis méthodologiques. Y sera question de la genèse de la première Biennale internationale des jeunes artistes en 1959, de ses enjeux politiques et diplomatiques ainsi que de ses paradoxes originels ; d’une investigation à partir des photographies réalisées par Marc Vaux pour les éditions de 1963, 1965 et 1967 et de ce qu’elles nous apprennent tant sur la Biennale que sur les valeurs de la photographie à cette époque ; et, dans une perspective davantage bibliographique, des difficultés à cerner les biennales comme objet d’étude spécifique.

– Intervenant(s) avec institution de rattachement

Marion Bélouard (Ecole du Louvre/University of Glasgow)

Claire Dupin de Beyssat (INHA/Université de Tours)

Justine Jean (École du Louvre/University of Essex)

Avec la participation de Giulia Cappelletti (Université Roma Tre)

Marc Vaux, Vue photographique de l’exposition de Yerassimos SKLAVOS à la Biennale de Paris de 1963, 1963.
© Fonds Marc Vaux, Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne – Centre Georges-Pompidou

Présentations bio-bibliographiques :

Après une licence d’arts appliqués et médias imprimés et une première expérience en tant que graphiste au Centre Pompidou, Marion Bélouard intègre l’École du Louvre en 2013 dans le but d’enrichir sa pratique de designer d’un socle théorique solide. Spécialisée en histoire de l’art contemporain, sa vocation pour la communication a finalement laissé place à celle de la recherche en la matière. Au sein du groupe de recherche « Vies d’artistes » de la Bibliothèque Kandinsky, elle soutient en juin 2018 son mémoire de première année de master, Images d’un événement ou l’événement de l’image. Enquête sur les Biennales de Paris dans le fonds Marc Vaux, 1963-1965-1967, mémoire de Master 1 sous la direction de Mica Gherghescu et Didier Schulmann, École du Louvre, Paris, 2018. En septembre 2018, elle intègre le « General History of Art master degree » de l’Université de Glasgow, Écosse, dans le cadre du programme d’échange Erasmus de la seconde année de deuxième cycle de l’École du Louvre.

Titulaire d’un Master I en Muséologie à l’École du Louvre, Justine Jean prépare actuellement un Master of Arts in Curating à l’Université de l’Essex en Angleterre. Elle complète sa formation en histoire de l’art par un double cursus à l’ESSEC.
Pendant sa licence à l’École du Louvre, elle s’intéresse particulièrement aux mécanismes des salons au XIXe siècle en se spécialisant en histoire de la peinture française. Son mémoire de recherche interroge une formule du salon propre au XXe siècle, celle de la biennale. Elle y étudie les intentions artistiques et politiques de la première Biennale de Paris qui a eu lieu en 1959. Ce travail de recherche analyse l’objet d’étude spécifique qu’est la biennale au prisme du contexte artistique international : Jean Justine, La première Biennale de Paris : genèse, enjeux, bilan et réalité, mémoire de Master 1, École du Louvre, sous la direction de Susana Gállego Cuesta et Sébastien Gokalp, Paris, 2017.

Claire Dupin de Beyssat est chargée d’étude et de recherche à l’INHA depuis octobre 2016 pour le domaine Histoire et théorie de l’histoire de l’art et du patrimoine. Ses premières recherches, consacrées à la figure peinte de la prostituée à la fin du XIXème siècle, l’ont amenée à collaborer avec le Musée d’Orsay sur l’exposition Splendeurs et misères, et ont donné lieu à la publication d’un Abécédaire de la prostitution (Paris, Flammarion et Musée d’Orsay, 2015) et d’un article monographique sur le Rolla de Gervex (1878) dans l’ouvrage collectif Prostitutions. Des représentations aveuglantes (Paris, Flammarion et Musée d’Orsay, 2015).
Intéressée par l’académisme comme phénomène esthétique et social, sa recherche doctorale porte sur la peinture de Salon dans la seconde moitié du XIXème siècle, et plus précisément sur la notion de succès artistique. Dirigée par France Nerlich à l’Université François Rabelais de Tours, sa thèse examine un corpus inédit, composé des œuvres les plus distinguées lors des Salons de 1848 à 1880. Ses publications comprennent : « Un Louvre pour les artistes vivants ? Modalités d’appropriation du musée par et pour les artistes du XIXème siècle », Cahiers de l’École du Louvre, n°11, 2017) et « Être critique d’art sous le Second Empire. Parcours et carrières des salonniers (1852-1870) », actes du colloque Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ? (École du Louvre, INHA et École des Chartes, à paraître). »

Giulia Cappelletti vient de soutenir un mémoire de Master 2 (Tesi di Laurea) à l’Université Roma Tre sous la direction de Laura Iamurri consacré à la participation italienne à la Biennale de Paris pendant les années 1959-1971 avec un accent particulier sur la septiéme édition (1971), organisée par Achille Bonito Oliva et l’association « Incontri Internazionali d’Arte ». Ce travail a donné lieu à la découverte d’archives photographiques inédites documentant la Biennale de 1971.





Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.