Calendrier, octobre 2017-juin 2018

Séminaire « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris »

Octobre 2017 – juin 2018

INHA, salle Giorgio Vasari, 17-20h (sauf exception)

Séance 01 – 24 octobre 2017
Penser la Biennale de Paris aujourd’hui
Catherine David (Musée national d’art moderne – Centre Georges-Pompidou), Elitza Dulguerova (INHA) et Jean-Marc Poinsot (Archives de la critique d’art/université Rennes 2)

Comment penser une biennale terminée mais encore récente, circonscrite dans une époque idéologiquement différente mais ayant partie liée au monde de l’art actuel ? Après une introduction historique, cette séance donne la parole à Jean-Marc Poinsot, commissaire de la Section des envois en 1971, témoin de la Biennale dans les années 1970 et 1980 et auteur d’analyses critiques à son sujet auxquelles il s’agira de revenir aujourd’hui, ainsi qu’à Catherine David, commissaire d’expositions et de manifestations internationales d’art contemporain, qui aborde l’évolution du format et du rôle de la biennale (des biennales) dont on constate depuis une trentaine d’années la multiplication et le nombre exponentiel.

Séance 02 – 21 novembre 2017
Traverser la ligne de démarcation ? Les artistes d’Europe de l’Est à la Biennale de Paris
Juliane Debeusscher (Universitat de Barcelona), Klara Kemp-Welch (The Courtauld Institute of Art)

Séance en anglais et en français.

Comme le montre l’historiographie récente, les antagonismes idéologiques de la Guerre Froide ne se reflétaient pas à l’identique dans la sphère culturelle, où les échanges et circulations artistiques franchissaient souvent le rideau de fer. Cette séance portera sur la participation d’artistes des pays socialistes est-européens à la Biennale de Paris, en particulier lors de l’innovante Section des Envois initiée par Jean-Marc Poinsot en 1971 et lors de l’édition de 1977, marquée par la présence de nombreux artistes non officiels travaillant la performance. En plus de réfléchir aux contributions est-européennes à la Biennale et à leur réception dans un contexte international, il s’agira d’ouvrir le débat aux significations de telles participations ainsi qu’à leurs effets sur l’interprétation de l’art expérimental d’Europe de l’Est et son (auto)identification.

Séance 03 – 15 décembre 2017
Biennale de Paris : scènes nationales, scènes internationales

Hélène Meisel (Centre Pompidou-Metz), Annabela Tournon (EHESS/École nationale supérieure d’arts de Bourges)

Séance tenue à la Bibliothèque Kandinsky (MNAM)

Dans cette séance qui s’est tenue à la Bibliothèque Kandinsky en présence de documents choisis, les intervenantes évoquent la matérialité des archives de la Biennale de Paris dans leur diversité et interrogent ce qu’elles dévoilent des réseaux artistiques d’alors. A titre d’étude de cas, il y est question de la Section de l’Amérique latine à la Biennale de 1977, de ses paradoxes et ambigüités. Si elle répondait au souhait des organisateurs que la participation internationale soit confiée à des spécialistes d’une région ou d’une scène artistique, certains des artistes exposés critiqueront ce fonctionnement, soulignant les enjeux politiques de ces ambitions internationales. Ces épisodes signalent aussi la place de la Biennale de Paris dans l’histoire de l’art de pays tels que le Mexique, le Brésil ou l’Argentine.

Séance 04 – 16 janvier 2018
La participation, figures et échecs (autour du GRAV et de Frank Popper)
Jean-Louis Boissier (Université de Paris 8), Marion Hohlfeldt (Université de Rennes 2)

Dès ses débuts, et tout au long des années 1960, la Biennale de Paris énonce le souhait de voir présentées des œuvres collectives, des « travaux d’équipe » réalisés en collaboration par des artistes de différentes disciplines et requérant une réception active, à la fois ludique et critique. Cette séance s’articule autour de deux moments qui font cristalliser à la fois ce désir de faire participer le public, et les limites qui lui sont inhérentes. D’un côté, le premier labyrinthe présenté par le Groupe de Recherche d’Art Visuel à la Biennale de 1963 permet d’évoquer le rôle du jeu dans la transgression des attitudes spectatoriales. De l’autre, le travail de Frank Popper est l’occasion de confronter sa réflexion sur la participation du public aux expériences qu’il a menées à l’époque, et en particulier lors des biennales de 1967 et 1969.

Séance 05 – 13 février 2018
Le Service de la recherche de la RTF/ORTF et la Biennale de Paris
(avec projection d’un film de Jacques Brissot de 1963)
Catherine Gonnard (INA), Guillaume Soulez (Université de Paris III), Sébastien Denis (Université d’Amiens)

La collaboration entre le Service de la Recherche (SR) de la RTF (dirigé par Pierre Schaeffer) et la Biennale de Paris commence dès leurs débuts respectifs et prend différentes formes : programmes de musique et de films, conférences, participations aux jurys, voire même, tournage de films. Lors de cette séance, il s’agit de mieux comprendre ce que cette collaboration dit 1/ de chacune de ces institutions, 2/ de la question de l’expérimental dans l’art au début des années 1960. La discussion prend appui sur la projection du film Biennale 63 réalisé par Jacques Brissot, du Groupe de Recherche Image du SR, dans lequel une caméra déambule dans les espaces d’exposition et de projection et joue sur les relations entre spectateurs et objets artistiques, alors que le montage expérimental tente de faire partager les sensations qui animent l’art contemporain de l’époque.

Séance 06 – 13 mars 2018
La place des pratiques sonores et performatives à la Biennale de Paris
Anne Zeitz (Université de Rennes 2), Clélia Barbut (chercheuse associée, EA Histoire et Critique des Arts, Université de Rennes 2)

Séance tenue aux Archives de la critique d’art à Rennes

Tenue à Rennes, en présence des documents d’archive, cette séance propose de réfléchir à la place des pratiques artistiques au sein d’une manifestation d’envergure internationale comme la Biennale de Paris. Clélia Barbut examine la présence de la performance, en particulier dans les éditions de la décennie 1970 au cours desquelles cette catégorie artistique émerge de manière explicite ; Anne Zeitz aborde la dimension sonore de certaines propositions des années 1970 et 1980 et leur place dans les expositions et programmes radiophoniques de la Biennale. À travers les discours des critiques, commissaires et artistes, sont analysés les glissements sémantiques de l’« intervention » vers la « performance », et de la « musique » vers l’« œuvre sonore ». Il s’agit aussi d’interroger les correspondances (et les contradictions) avec les sections connexes, performance, film et composition musicale.

Séance 07 – 10 avril 2018
Regards critiques, regards idéologiques : autour des participations de la Bulgarie et des deux Allemagnes à la Biennale de Paris
Irina Genova (NBU/Institut d’histoire de l’art, Sofia), Julie Sissia (chercheuse associée, Centre d’histoire de Sciences Po)

Cette séance aborde les écarts et les tensions entre réception critique et réception idéologique au sein de la Biennale de Paris. Dans le cas de la participation bulgare à la Biennale de Paris de 1959 à 1969, qui correspond à la période des représentations étrangères nationales, les divergences apparaissent inévitables. L’hypothèse d’une mission politique de la biennale artistique s’avère impossible. Dans celui des deux Allemagnes, si la RDA ne participe à la Biennale de Paris qu’à partir de 1975, la rivalité entre les deux pays n’en est pas moins sensible, en creux, dès les premières éditions où seule la RFA est présente. Le choix des commissaires, la sélection des œuvres, les propos tenus dans le catalogue livrent une histoire politique de ces expositions diplomatiques.

Séance 08 – 22 mai 2018
Les institutions précaires et établies de l’art contemporain et leur transformation des années 1960 aux années 1980
Alanna Heiss (Clocktower, New York), Richard Nonas (artiste), modération Pauline Chevalier (Université de Besançon/INHA)

Séance en anglais.

Considérant la Biennale des jeunes artistes comme une institution précaire de l’art contemporain, il vaut la peine de se demander comment elle s’inscrivit – si ce fut le cas – au sein d’un mouvement critique à l’égard des institutions et des musées en particulier, qui conduisit dans les années 1960 et 1970 à expérimenter de nouveaux espaces pour l’art. Cette conférence réunit l’artiste Richard Nonas, qui fut profondément impliqué dans la création d’espaces organisés par les artistes à New York, et la commissaire d’expositions Alanna Heiss, qui créa PS1 comme une institution alternative pour l’art contemporain, et fut également une protagoniste directe de la Biennale de Paris: dans les années 1970, en tant que membre de son réseau international, elle proposa plusieurs participants étatsuniens, avant d’être invitée comme l’un des quatre commissaires internationaux de la Nouvelle Biennale en 1985.

Séance 09 – 12 juin 2018
La Biennale de Paris des deux côtés du rideau de fer. Études de cas de l’Espagne totalitaire et de la République populaire de Pologne
Paula Barreiro-López (Université de Barcelone), Agata Pietrasik (Freie Universität, Berlin), Piotr Słodkowski (Academie des beaux-arts, Varsovie)

Séance en anglais et en français.

Cette séance vise à discuter la valeur symbolique, culturelle et politique de la Biennale de Paris, des années 1950 aux années 1970, et sa réception dans deux contextes totalitaires de part et d’autre du rideau de fer. D’une part, une analyse critique de la Biennale de Paris par la presse polonaise du tournant des années 1950-1960 permettra de positionner cet événement par rapport au climat politique fluctuant de la période et aux débats locaux sur le statut de l’art moderne. D’autre part, l’étude de l’interaction entre les institutions franquistes, les artistes et la Biennale aidera à comprendre la position de cet événement (et son instrumentalisation) dans le contexte des politiques culturelles du régime aussi bien que dans celui de la montée des mouvements hostiles à la dictature et des luttes pour la construction de l’art moderne en Espagne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search